Le père des musées londoniens

Portrait d’un honnête homme à l’aube du XVIIIe siècle

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 février 1995 - 360 mots

Collectionneur d’œuvres d’art, botaniste, médecin, amateur de curiosités, bibliophile, numismate, la personnalité de Sir Hans Sloane encouragea, au XVIIIe siècle, les inclinations encyclopédiques de ses contemporains. Un livre d’Arthur MacGregor rend hommage à celui qui fut \"un subtil relais entre les idées des autres et le grand public\".

LONDRES - Trois des plus grands musées de Londres doivent probablement leur existence à Sir Hans Sloane (1660-1753). En effet, l’habileté dont il fit preuve en rédigeant son testament, désignant de façon fort sage maints curateurs et légataires universels – parmi lesquels les Académies royales des Sciences de Saint-Pétersbourg, Paris, Berlin et Madrid –, fut à l’origine de la création de la British Library, du British Museum et du Musée d’histoire naturelle.

Sa collection, accumulée au fil de sa vie et de ses voyages, mélangeait des curiosités médicales ("la peau d’un pacha étranglé en Turquie") ou d’intérêt général ("paire de chaussures de femme moscovite") avec des estampes, des dessins (dont quelques merveilles signées Dürer et Hans Baldung Grien), des objets rapportés d’Orient par Engelbert Kaempfer (Sloane devait publier, en 1727, son Histoire du Japon ), des milliers de pièces de monnaie ainsi qu’une impressionnante collection de manuscrits occidentaux et de livres datant des débuts de l’imprimerie.

En 1748, le prince de Galles estima que ces trésors représentaient "une perle sur la couronne de l’Angleterre", et souligna à quel point "la nation serait honorée de les exposer aux yeux du public jusqu’à la fin des temps". En adoptant la loi du British Museum en 1753, le Parlement britannique s’engagea à acquérir l’ensemble de la collection.

Les indéniables qualités de Sloane ne sont véritablement apparues au grand jour que lors de la préparation de ce livre d’essais, Sir Hans Sloane. Tout le mérite en revient à son auteur, Arthur MacGregor, qui incita tant de conservateurs à réfléchir sur le rôle que joua Sloane dans l’histoire de la préservation du savoir, et qui mit en forme cet ouvrage riche, passionnant et séduisant.

Ed. Arthur MacGregor, Sir Hans Sloane, Collector, Scientist, Antiquary : founding father of the British Museum, Londres, British Museum Press, 1994, 308 p., 40 ill. coul., 115 ill. n.et b., £50 (420 francs).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°11 du 1 février 1995, avec le titre suivant : Le père des musées londoniens

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque