Mercredi 30 septembre 2020

Le mystérieux Walter Sickert

Par Camille Lechable · L'ŒIL

Le 28 septembre 2016 - 184 mots

MONOGRAPHIE - Des rues londoniennes insalubres aux sombres intérieurs parisiens en passant par le bord de mer de Dieppe, les tableaux de Walter Sickert (1860-1942) sont iconoclastes et énigmatiques.

À l’occasion de l’exposition « Sickert à Dieppe, portraits d’une ville » au Musée de Dieppe, la co-commissaire Delphine Lévy a rédigé la première monographie de cet artiste provocateur. Riche de quatre-vingts illustrations, le catalogue montre la capacité du peintre postimpressionniste à « se fondre dans toutes les sociabilités » qui cohabitent autour de 1900. La touche visible, le choix des modèles et le cadrage utilisé – comme lorsqu’il représente l’expression des spectateurs de music-hall – font des œuvres de Sickert un « héritage crucial pour l’évolution de la peinture figurative britannique ». Pourtant, sa personnalité secrète et son obsession assumée pour les criminels lui valurent quelques suspicions : l’atmosphère lugubre de ses toiles faisait étrangement écho aux meurtres en série dans l’East End… L’ouvrage organisé en thématique rend parfaitement compte de l’évolution de la facture et des sujets du peintre et dresse le portrait de cette société avide de fantasmes et de faits divers.

Walter Sickert (1860-1942), L’art de l’énigme

Delphine Lévy, Somogy, 152 p., 28 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°694 du 1 octobre 2016, avec le titre suivant : Le mystérieux Walter Sickert

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque