Vendredi 26 février 2021

Festival

Le Filaf 2017 décerne ses prix

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 27 juin 2017 - 760 mots

PERPIGNAN

PERPIGNAN (OCCITANIE) [26.06.17] - La 7e édition du festival international du livre d’art et du film qui s’est achevée dimanche 25 juin à Perpignan consolide auprès des acteurs du monde de l’art et du public sa capacité à révéler des livres et des films de contenu sur l’art. Le palmarès 2017 en témoigne.

D’édition en édition le Festival international du livre d’art et du film de Perpignan assoie discrètement sa réputation de révélateurs et de plateforme de réflexions autour de la création. Pendant sept jours se sont échelonnés projection de films inédits, méconnus ou grands classiques et rencontres, discussions avec des personnalités du monde de l’art au premier rang desquelles cette année Jef Cornelis, Annette Messager, Jean-Michel Alberola, Jean-Yves Jouannais et David Lynch.

« C’est une réunion d’unions incorrectes et c’est très bien », a souligné Annette Messager lors de la remise des prix. La 7e édition qui s’est clôturée dimanche 25 juin a de fait une nouvelle fois montré à quel point livres et films sont complémentaires et la procédure de sélection des ouvrages et des longs métrages en compétition pertinente dans ses choix, les trois jours de Artbookfair et les expositions David Lynch et Jean-Michel Alberola (jusqu’au 28 juillet) constituant de leurs côtés un contrepoint aux réflexions et débats engagés.

« Le défi est d’avoir de bonnes têtes chercheuses et d’enrichir le réseau », explique Sébastien Planas fondateur et président du Filaf. « Cette année nous sommes passés dans la présélection de 8 à 24 livres. Il faut aller au-delà y compris pour les films afin d’élargir encore d’avantage les pays explorés ». Ce à quoi le comité scientifique composé de Patricial Falguières (professeur à l’Ehess), Guillaume Kientz (conservateur au musée du Louvre), Didier Ottinger (Directeur adjoint du Centre Pompidou), Marta Gili (directrice du Jeu de Paume), Stéphane Corréard (fondateur et directeur de Galeristes), Pierre Samoyault (directeur d’Interart) et des libraires Samuel Hoppe (Volume), Alba Zamolo (Louvre) et Pascal Priest (Jeu de Paume) s’emploient avant qu’un jury distinct pour les livres et les films, renouvelé à chaque édition, ne détermine les lauréats du Filaf 2017.

Aux côtés de Nicolas Bourriaud président du jury pour les livres, siégeaient ainsi cette année Florence Loewy, Grégoire Robinne et Nicolas Daubanes tandis le jury des films sur l’art réunissait Clément Cogitore (président), Colette Barbier, Vicenç Altaio et Thomas Levy-Lasne. Le palmarès 2017 voit Where is Rocky II de Pierre Bismuth recevoir le Filaf d’or pour la catégorie film, et Intimite Geometries : The Art and Life of Louise Bourgeois de Robert Storr (The Monacessli Press,2016), le Filaf d’Or pour le livre et le Filaf du meilleur livre d’art contemporain.

Onze ans après le synopsis récompensé d’un oscar en 2005 d’Eternel Sunshine of te Spotless Mind co-écrit avec Michel Gondry et Charlie Kaufman, Pierre Bismith signe avec Where is Rocky II un premier long métrage particulièrement réussi dans sa manière de raconter et de filmer l’enquête du détective Michael Scott, ancien shérif de los Angeles, sur une œuvre totalement passée sous silence par Ed Ruscha : un rocher installé en plein désert californien et réalisé en 1976 année de la sortie du film de Sylvester Stallone.

Parmi les autres prix citons dans la catégorie film : le Filaf d’argent remis à Cinema Novo de Eryk Rocha qui retrace sous forme d’essai poétique les principaux mouvements cinématographiques latino-américains et le prix spécial du Jury à Exprmntl de Brecht Debackere, instructif documentaire sur ce festival du cinéma expérimental de Knokke qui a réuni dans les années 1960 l’avant-garde des réalisateurs européens et américains résolument engagés à en découdre avec le cinéma de leurs aînés et les pouvoirs en place. Ces films seront projetés durant la FIAC. Intimate Geometries : The Art and Life of Louise Bourgeois de Robert Storr publié en Français par Hazan en septembre 2016 est quant à elle une monographie sans équivalent sur l’artiste par un de ses plus proches amis.

Le palmarès a également récompensé d’un Filaf d’argent, le catalogue Après Babel, traduire de Barbara Cassin (Actes Sud/ Mucem) de l’exposition éponyme organisée par le Mucem et d’un prix spécial du Jury Cedric Price Works 1952-2003 : A Forward-Minded Retrospective de Samantha Hardingham (Architectural Association Publications / Canadian Centre for Architecture). Le prix Filaf du meilleur livre de théorie de l’art a été décerné enfin à Reset Modernity de Bruno Latour et Christophe Leclerc (Mit Press) tandis que Zone de sécurité temporaire d’Anne-Marie Filaire (Textuel) a reçu celui du meilleur livre photo et Les frères Le Nain d’après les écrits de Jacques Thuillier de Serge Lemoine (Faton) le meilleur livre Beaux-Arts.

Légende photo

Affiche du Filaf 2017 (festival international du livre d’art et du film) - www.filaf.com

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque