Mercredi 15 juillet 2020

Livre

L’aristocratie de la pose

Par Élisabeth Santacreu · Le Journal des Arts

Le 19 mai 2020 - 141 mots

Beau livre. Ce sont douze modèles, « ni muses ni soumises », mais véritables inspiratrices pour les artistes qui se sont appuyés sur elles pour créer leur œuvre.

Souvent issues de milieux défavorisés, elles partagent l’intimité de l’atelier (et parfois de la couche) de ceux qui les ont immortalisées. Certaines passent de l’autre côté du chevalet comme Victorine Meurent ou Suzanne Valadon. Kiki de Montparnasse et Fernande Olivier laissent des mémoires tandis que d’autres entretiennent celle de leur mentor, telles Dina Vierny et Lydia Delectorskaya. La ravageuse Lucy Vidil ouvre une galerie, Joanna Hiffernan hérite peut-être de Whistler et Gabrielle Renard fait un mariage heureux ; mais on ne sait ce qu’est devenue la digne Aïcha Goblet. Souvent, elles dont les portraits s’arrachent aujourd’hui à prix d’or eurent une fin difficile. Cet album, très documenté et bien illustré, leur rend un hommage nostalgique.

Olivier Renault, Les Modèles et leurs peintres. Dans l’intimité des ateliers,
éditions Parigramme, 2019, 152 pages, 19,90 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°546 du 22 mai 2020, avec le titre suivant : L’aristocratie de la pose

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque