Samedi 7 décembre 2019

Radio & télévision

« La vulgarisation à l’œuvre dans les musées », par Fabien Simode sur TSF Jazz

Par L'Œil · lejournaldesarts.fr

Le 17 octobre 2019 - 423 mots

Chaque jeudi, à 8 h 15 et 8 h 45, « Les Matins Jazz », l’émission de Laure Albernhe et Mathieu Beaudou, invitent L’Œil et Le Journal des Arts à parler d’art sur l’antenne de TSF Jazz. Le 17 octobre 2019, Fabien Simode, rédacteur en chef de L’Œil, revenait sur la vulgarisation de l’histoire de l’art par les musées.

Orsay en mouvements, chaîne Youtube du musée d'Orsay
Orsay en mouvements, chaîne Youtube du musée d'Orsay
© musée d'Orsay

Chronique à réécouter ici dans son intégralité ou à lire ci-après :

J’ai choisi de vous parler de… vulgarisation. C’est-à-dire de la transmission de la connaissance au grand public. Ça, c’est bien. Sauf que, pour certains, la culture ça ne se vulgarise pas. Ça s’apprend, ça s’acquiert à grand peine, bref : ça se mérite. Tenez, pour connaître l’impressionnisme, il faut avoir fait des études, lu des ouvrages spécialisés et visité le Musée d’Orsay. Sauf que, Orsay justement, fait le pari de nous faire comprendre l’impressionniste en exactement 5 minutes et 14 secondes. Comment ? Grâce à une courte vidéo didactique que le musée a réalisé pour ses réseaux sociaux. L’objectif pour Orsay, c’est d’apprendre au public à reconnaître une toile impressionniste, de Monet par exemple, grâce à son sujet, à ses couleurs ou à l’apparence non finie de la toile…  

Cette vidéo s’inscrit dans une série de très courts métrages présentant les grands mouvements de la peinture du XIXe : le réalisme, le japonisme… Cette collection s’appelle « Orsay en mouvements ». Orsay, qui n’est pas la seule institution à prendre aujourd’hui le train de la vulgarisation. Estimant que l’école ne se décide toujours pas à enseigner l’histoire de l’art aux enfants, les musées ont décidé d’éduquer eux-mêmes leurs visiteurs. Beaubourg, par exemple, a carrément créé l’« école du Centre Pompidou », soit un Mooc gratuit, accessible sur Internet, qui nous apprend à déchiffrer l’art des XXe et XXIe siècles. En ce moment : le Pop Art de Warhol. Les musées de la Ville de Paris, eux, ont fait le choix plus traditionnel de véritables cours d’histoire de l’art dans les auditoriums de leurs musées, intitulés « Les Paris de l’art ». En 1996, l’historien Jacques Le Goff expliquait à la télévision : « Nous devons tous faire de la vulgarisation. La vulgarisation, ce n’est pas du tout vulgaire. Enseigner, c’est vulgariser ; écrire pour le grand public, c’est vulgariser. Avant d’ajouter : Il faut que l’historien soit dans la société, à travers les médias. » Voilà, nous y sommes : en 2019, grâce à la vidéo, grâce aux Mooc et à l’effort de médiation des musées, l’histoire de l’art entre enfin chez nous. À notre tour, désormais, d’entrer dans les musées. Nous n’avons pour cela plus d’excuses ! 

Fabien Simode

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque