Dimanche 20 septembre 2020

Cinéma

Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang

La vie est un long fleuve chinois

Par Adrien Gombeaud · L'ŒIL

Le 31 août 2020 - 410 mots

Le premier film de Gu Xiaogang est tombé dans les salles sans prévenir, à la façon d’une pluie d’été.

Capture vidéo du film Séjour dans les monts Fuchun réalisé par Gu Xiaogang, 2020, 2h30 min. © ARP Sélection.
Capture vidéo du film Séjour dans les monts Fuchun réalisé par Gu Xiaogang, 2020, 2h30 min.
© ARP Sélection

Réalisé en famille et entre amis par un cinéaste chinois inconnu, Séjour dans les monts Fuchun a été présenté à la Semaine de la critique du Festival de Cannes 2019. Il est désormais disponible sous divers formats vidéo (VOD, Blu-Ray, DVD). Pendant 2h30, le scénario accompagne le temps de quelques mois la vie d’une famille ordinaire de la région de Hangzhou. Youfu et Fengjuan tiennent un restaurant ;

Youjin, qui élève seul un enfant handicapé, s’est endetté auprès de mafieux locaux et Youhong vit modestement sur son bateau de pêche. Tout commence par l’anniversaire de la grand-mère qui fête ses soixante-dix ans et qui va voir sa santé décliner au fil du film. Cette chronique chinoise cache un essai esthétique et une réflexion étonnante sur la peinture et le cinéma. Son titre, Séjour dans les monts Fuchun, est emprunté à une célèbre peinture de Huang Gongwang. Réalisé entre 1348 et 1350, cet immense rouleau représente un paysage de « montagne et d’eau » de la province du Zhejiang. C’est à Taipei qu’il faut se rendre pour le découvrir mais un pan plus petit se trouve également à Hangzhou. Si le regard embrasse en un coup d’œil une peinture encadrée, il glisse sur le rouleau de pics en kiosques, de petits chemins en toitures de tuiles. L’artiste imprime un rythme à sa peinture, exactement comme un poète scande ses vers. La mise en scène de Gu Xiaogang reproduit ce voyage de l’œil.

Huang Gongwang, détail du Séjour dans les monts Fuchun, 1348, encre sur papier, 33 x 690 cm © Zhejiang Provincial Museum, Hangzhou
Huang Gongwang, détail du Séjour dans les monts Fuchun, 1348, encre sur papier, 33 x 690 cm.
© Zhejiang Provincial Museum, Hangzhou

Ainsi, le cinéaste accompagne-t-il un jeune personnage lors d’une longue séquence de baignade. Un jeune homme se jette dans l’eau, sa compagne le suit le long de la berge, et la caméra déroule un travelling latéral de gauche à droite. Cette séquence suspendue entre deux rives offre au film une définition magnifique. Séjour dans les monts Fuchun ou le temps qui coule au tempo de l’eau. Les jeunes tombent amoureux, les commerces ferment, les fortunes se font et se défont. Poudrés de neige par le vent d’hiver, les arbres refleuriront au printemps. En fond de scène, des quartiers entiers s’évanouissent, des tours poussent à l’horizon… Séjour dans les monts Fuchun décrit l’évolution accélérée de ce monde chinois. Il raconte la fragilité des contemporains emportés par les rapides du XXIe siècle et la force d’une esthétique chinoise que rien ne saurait briser, le cycle invariable des saisons, le cours tranquille du fleuve Fuchun.

À savoir

Séjour dans les monts Fuchun, Blu-Ray et DVD, ARP Sélection, 19,99 €. Disponible en VOD sur UniversCiné, CanalVOD, FilmoTV… GuXiaoganga 31ans, il présente Séjour dans les monts Fuchun comme le premier volet d’une trilogie dont il prépare actuellement le second épisode.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°736 du 1 septembre 2020, avec le titre suivant : La vie est un long fleuve chinois

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque