Vendredi 23 octobre 2020

À la recherche d’Edward Hopper

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 7 août 2012 - 117 mots

ESSAI. L’entracte, c’est ce temps coincé entre deux : deux actes, deux actions. Chez Hopper, c’est le temps du vide, celui d’un monde en suspens apparemment banal et délibérément figé.

Un temps coincé (mais entre quoi et quoi ?), énigmatique (mais l’est-il vraiment ?). Alain Cueff profite de la rétrospective du Grand Palais pour réfléchir à la peinture de celui qui a influencé Hitchcock, l’autre maître absolu du suspens au cinéma. À travers ses écrits, ses voyages en Europe, la confrontation avec ses contemporains ou des analyses de tableaux, l’historien de l’art  tente de comprendre une œuvre si complexe qu’elle semble se dérober chaque page un peu plus…

Alain Cueff, Edward Hopper, entractes

Flammarion, 290 p., 20 e.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°649 du 1 septembre 2012, avec le titre suivant : À la recherche d’Edward Hopper

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque