Samedi 15 décembre 2018

La Légende dorée

Par Adrien Goetz · L'ŒIL

Le 1 juillet 2004 - 337 mots

Indispensable dans toute bibliothèque d’amateur d’art, le texte fondateur du dominicain Jacques de Voragine (vers 1226-28/1298) qui a compilé les vies des saints selon l’ordre du calendrier, est désormais disponible en Pléiade. Legenda signifie en latin « ce qui mérite d’être lu », et l’on ne saurait mieux dire. Cette édition est remarquable : la traduction, nouvelle, est d’une clarté absolue, à l’index des noms, indispensable, s’ajoute un index thématique, très utile pour l’iconographie – on peut y chercher « Odeurs, parfums », « Jalousie », « Lune », « Fornication », « Jugement dernier » ou « Enfer »… Le volume est enrichi d’un excellent essai de Dominique Donadieu-Rigaut intitulé « La Légende dorée et ses images », qui envisage la dimension proprement artistique de ce texte, source de fables, de figures, de formes visuelles, de la fin du Moyen Âge au xxe siècle. Chaque vie de saint est illustrée de bois gravés, reproduits d’après deux des premières éditions imprimées du texte, des incunables conservés à la BNF. Illustration de ce « beau XIIIe siècle » évoqué par Jacques Le Goff dans sa lumineuse préface, La Légende dorée a été lue bien au-delà de son temps, exploitée dans tout l’Occident, des manuscrits enluminés les plus somptueux à cette « littérature populaire » évoquée jadis par Émile Mâle. Elle fut remise à l’honneur par William Morris peu avant 1900. Ce livre est à emporter cet été, à Chartres, à Autun, à Saint-Benoît-sur-Loire ou au mont Saint-Michel, et aussi dans les salles du Louvre. Ce cycle d’or et de lumière, compilant bon nombre de récits antérieurs, joua le rôle d’une mine « à Ciel ouvert » qui montre, à travers les histoires et les légendes des saints, tout ce que l’on peut représenter de la vie des hommes.

Jacques de Voragine, La Légende dorée, préface de Jacques Le Goff, sous la dir. d’Alain Boureau, avec Monique Goullet, Pascal Collomb, Laurence Moulinier, Stefano Mula et Dominique Donadieu-Rigaut, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 2004, 1552 p., 67,50 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°560 du 1 juillet 2004, avec le titre suivant : La Légende dorée

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque