Vendredi 14 décembre 2018

La coupole de la discorde

Par Marie Frumholtz · L'ŒIL

Le 17 mars 2017 - 142 mots

PATRIMOINE - De sa création en 1774 pour le salon de compagnie du palais Bourbon à son entrée au Louvre en 1950, la coupole d’Antoine-François Callet a connu une histoire mouvementée.

L’ouvrage collectif, dirigé par Marie-Catherine Sahut, analyse les différentes facettes de cette œuvre monumentale. La décoration d’apparat a successivement été abandonnée, puis acquise par Hermann Göring, transférée en Allemagne, pour revenir en France en 1948. À cette date, la représentation de Vénus et le mythe d’Adonis qui s’y trouvent peints sont coupés en morceaux et placés dans des sarcophages. Cette étude savante apporte à la fois un éclairage historique, du contexte de création à la relation du régime nazi à l’art, et un regard scientifique pointu sur les conditions de restauration et de conservation. Un pan de patrimoine qui en dit long sur les enjeux politiques qui traversent l’histoire de l’art.

La Coupole de Callet et son étonnant destin, du palais Bourbon au Musée du Louvre, Louvre éditions et Éditions Lienart, 208 p., 39 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°700 du 1 avril 2017, avec le titre suivant : La coupole de la discorde

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque