Vendredi 19 octobre 2018

La collection Zao Wou-Ki

Par Pierre Morio · L'ŒIL

Le 22 novembre 2016 - 113 mots

Cette collection s’est bâtie au fil de ses rencontres, entre acquisitions et échanges. Arrivé en 1948 à Paris, à l’âge de 28 ans, il se lie d’amitié avec Henri Michaux et les peintres abstraits de la deuxième École de Paris. Depuis sa disparition en 2013, sa veuve a fait deux donations, l’une au Musée de l’hospice Saint-Roch à Issoudun, l’autre au Musée Cernuschi à Paris. Après leur présentation dans les deux institutions, Flammarion en dresse l’inventaire sous forme de notices classées par ordre alphabétique pour chaque artiste et pour chaque œuvre. C’est ainsi un autre portrait de l’artiste qui se dessine, plus intime. Et une certaine histoire de l’art contemporain d’après-guerre qui s’écrit.

A lire

Collectif, L’Homme des deux rives, Zao Wou-Ki collectionneur, Flammarion, 296 p., 49 €

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°696 du 1 décembre 2016, avec le titre suivant : La collection Zao Wou-Ki

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque