Mardi 10 décembre 2019

La cathédrale de Créteil bientôt rouverte

En 1995, les travaux prennent fin à la cathédrale d’Évry

Entre l’achèvement de la monumentale cathédrale d’Évry (Essonne) en 1995, et la rénovation de celle de Créteil (Val-de-Marne) aujourd’hui, vingt ans se sont écoulés. Au-delà des traits saillants de l’architecture sacrée contemporaine, les différences sont frappantes.

Mario Botta en dessina les premières esquisses en 1988. Jean-Paul II vint y prier le 22 août 1997. Loin de l’image des monuments gothiques érigés sur plusieurs siècles, sa construction fut à l’image de son temps : rapide. La cathédrale de la Résurrection Saint-Corbinien à Évry, la seule du XXe siècle (1) en France, aura été décidée, conçue et édifiée en moins d’une décennie.

L’architecte a dessiné un plan circulaire, en référence aux premières églises de la chrétienté. Le bâtiment est un gigantesque cylindre tronqué en oblique, de 38 m de diamètre et culminant à 34 m. Sur le toit circulaire penché, vingt-quatre tilleuls magnifient l’ouverture vers le ciel. À l’intérieur, la lumière zénithale surprend, sa relative blancheur tranchant avec le rose des briques de Toulouse qui recouvrent les 6 000 mètres carrés de béton sur la surface extérieure. L’autel est surélevé, face aux fidèles répartis entre chœur et corbeille. La chapelle, que l’on atteint en descendant quelques marches au fond de la nef, est, à l’inverse, d’une grande intimité. Mais son plan octogonal la situe dans la lignée d’autres constructions célèbres comme Sainte-Sophie à Istanbul. Deux sculptures de Gérard Garouste y marquent l’association naturelle d’une cathédrale aux artistes de son temps.
Le maître d’ouvrage, l’association diocésaine de Corbeil-Essonnes, avait réuni près de 400 000 donateurs pour contribuer à rassembler les 70 millions de francs (10,7 M€) nécessaires. Les coûts sont assumés par le diocèse, le mécénat venu d’entreprises et les donations. Le chantier d’Évry a été aussi l’occasion de repenser l’urbanisme autour du lieu de culte, en revenant à l’idée du cloître : la cathédrale n’est pas isolée sur un parvis ; au contraire, l’aura de son bâtiment se prolonge pour abriter en son clos des constructions. Ainsi du centre d’art sacré Paul-Delouvrier, du commissariat et de la nouvelle mairie, en contrebas. Au cœur de son présent multiculturel, la ville recrée un modèle de centre antique, où les fonctions municipales sont comme défendues par la cathédrale, qui réaffirme sa puissance tout en s’ouvrant sur son environnement. Vingt ans après son édification, vingt-cinq années après celle de la mosquée voisine, et alors que la plus grande pagode d’Europe, partiellement inaugurée en 2008, est sur le point de terminer ses travaux, Évry est une référence pour l’architecturale sacrée du XXe et du XXIe siècle.

Créteil, un lieu ouvert
À quelques kilomètres plus au nord-est, la cathédrale Notre-Dame de Créteil réaménagée sera inaugurée le 20 septembre 2015. Conçu en 1976 et élevé au rang de cathédrale en 1987, l’édifice imaginé par Charles-Gustave Stoskopf était symbolique de la discrétion qui était de mise durant les « trente glorieuses ». Coiffée d’un clocher de 6 m, excentrée et placée à l’ombre de grands immeubles, l’église n’entrait pas dans les quelques centaines d’églises récentes classées au titre des monuments historiques. Sa rénovation, décidée en 2010 et confiée au cabinet Architecture Studio, prendra fin dans quelques semaines, après trois ans de chantier estimés à 9 millions d’euros, financés à hauteur d’un tiers par les fidèles, le reste par l’association diocésaine de Créteil.
Comme à Évry, la cathédrale est située est à deux pas d’une université comme d’une mosquée, ou d’un RER desservant la longue banlieue Sud-Est parisienne. Comme à Évry, siège de communautés catholiques venues de tous horizons, la cathédrale se veut un lieu ouvert, de rassemblement : elle comporte un lieu d’exposition, des salles de conférences et même un café ! Entre petite couronne et grande couronne, les similitudes sociales et culturelles qui sous-tendent les projets sont nombreuses, même si les édifices originels sont très différents.

Comme l’explique Paul-Louis Rinuy dans Patrimoine sacré, XXe- XXIe siècle, paru aux Éditions du patrimoine (2014) : « La cathédrale Notre-Dame de Créteil, édifiée certes comme simple paroisse à l’origine, témoigne par excellence de la modestie et du désir d’enfouissement, voire d’invisibilité, de l’Église catholique des années 1970. Le projet d’extension actuel, porté par Architecture Studio, consiste à déployer cet espace en portant la capacité d’accueil à 1 200 fidèles et en élevant la coupole jusqu’à 25 m de haut. Il témoigne ainsi de l’ambition nouvelle de manifester clairement la présence catholique dans le monde actuel sans effacement ni repli exagéré. » Mais Créteil est fidèle à l’église de Stoskopf. Le bois est plus chaleureux que le béton couvert de briques. Le toit en forme de mains jointes (ou de coquillage), bien que partiellement vitré, est moins intimidant : la lumière, quoique zénithale également, est tamisée même au plus fort du jour. Un discret halo bleu, blanc et rouge arrose le chœur. La nouvelle cathédrale de Créteil est une synthèse entre deux époques, un équilibre entre l’Église dont elle est issue et l’exception architecturale de sa prédécesseure, celle d’Évry.

Note

(1) l’édification de la cathédrale de Lille a commencé au XIXe siècle mais s’est terminée au XXe.

Légendes photos

La cathédrale de Créteil pendant les travaux © Photo Peter17 - Licence CC BY-SA 3.0

La cathédrale d'Evry, achevée en 1995, architecte : Mario Botta. © Photo : Gail Ingis.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°437 du 5 juin 2015, avec le titre suivant : La cathédrale de Créteil bientôt rouverte

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque