Mercredi 21 février 2018

Collections - Lumières du Nord

Jacques Foucart, Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du Musée du Louvre

Lumières du Nord - Le Louvre publie le catalogue de ses peintures flamandes et hollandaises remis à jour

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 2 février 2010

Entièrement revu et corrigé à la lumière des avancées de l’histoire de l’art, le nouveau catalogue des peintures flamandes et hollandaises du Musée du Louvre vient de paraître, trente ans après sa première édition.

Pour son auteur, Jacques Foucart, conservateur général honoraire du département des Peintures de l’institution parisienne, l’entreprise visait moins à mettre à jour les nouvelles acquisitions dans le domaine qu’à aborder la « question (redoutable) des attributions et des réévaluations, point névralgique d’un catalogue et qui décide de toute une nouvelle géographie des collections », comme il l’explique en introduction.

Et de citer l’Autoportrait sur fond d’architecture du maître de Leyde, dénigré dans le catalogue de 1979 parce que les bords avaient été tronqués et repeints, alors qu’il s’agissait bien d’un original. Ou encore, dans la série des œuvres de l’école de Rembrandt, le Bon Samaritain, qui serait bien de la main de Constantin Daniel van Renesse, tandis que l’Ermite attribué à Adriaen Van Ostade est redevenu une toile « d’après Rembrandt ». Réattributions, dés-attributions, découvertes de signatures, voire changement d’école pour certaines œuvres… Pour y voir clair, le texte propose de classifier les œuvres entre originaux, copies, travaux d’élèves, pastiches ou imitations « plus ou moins dignes ».

Là où l’ancien catalogue ne retenait que la dernière provenance du tableau, la nouvelle édition propose un historique précis de son itinéraire avant son entrée dans les collections, avec les mentions des ventes privées et publiques.

L’étude, passage obligé de l’accrochage
Une plus grande attention a également été portée aux questions d’iconographie, avec, parfois, l’apport d’un « commentaire-résumé » du tableau. Jacques Foucart a opté pour une présentation chronologique plutôt qu’alphabétique. Il n’a pas séparé l’école flamande de l’école hollandaise (jusqu’au XIXe siècle), afin de donner une meilleure lisibilité à cette collection qui compte quelque 1 130 tableaux.
 
Outil indispensable à la compréhension des œuvres exposées en salles, le nouveau catalogue vient parachever le travail de revalorisation de ce fonds, qui a débuté dans les années 1960-1970 et s’est poursuivi avec l’ouverture en 1993 de quarante nouvelles salles dans l’aile Richelieu, puis, en 2001, de trois salles au pavillon Rohan.

« Il n’y a pas finalement de bonne présentation d’un fonds de musée sans catalogage approfondi, c’est illusion de croire que le travail de l’accrochage peut précéder celui de l’étude », rappelle Jacques Foucart. « Au cœur du musée, l’histoire de l’art règne certes en maître. Comment prétendre se passer d’elle ? » Le Musée du Louvre ne compte pas s’en passer et doit livrer dans les prochaines années un travail similaire pour les écoles allemande, anglaise, espagnole, scandinave, russes, avant de conclure avec l’école française.

JACQUES FOUCART, CATALOGUE DES PEINTURES FLAMANDES ET HOLLANDAISES DU MUSÉE DU LOUVRE, coéd. Gallimard/Musée du Louvre, 2009, 420 p., 79 euros, ISBN 978-2-07-012217-2.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°318 du 5 février 2010, avec le titre suivant : Jacques Foucart, <em>Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du Musée du Louvre</em>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque