Gros plan sur l’imagerie populaire spinalienne

L'ŒIL

Le 1 mars 2006

Images de dévotion, illustrations humoristiques de proverbes, propagande napoléonienne ou encore stéréotypes de la vie citadine pour les populations rurales, c’est un gros corpus de documents souvent méconnus voire inédits qu’on découvre au fil des pages de cet ouvrage sur les images d’Épinal.
Ce volume est le fruit de nombreuses recherches et d’une volonté de faire découvrir au plus grand nombre ces images drôles et pleines de charme. Jeux de mots et jeux d’images, les nombreuses illustrations feront souvent sourire avec entre autres l’illustre famille de Jean : « J’enseigne, J’embrouille, Jean pèche, J’enfourne… »
La tradition spinalienne est née à l’aube du xixe siècle, sous la houlette de Jean-Charles Pellerin, diffusant par le moyen du colportage une information historique et politique qui aidera à établir la renommée de son entreprise. Elle restera dans la famille jusqu’en 1984, puis sera rachetée par des actionnaires soucieux de préserver ce patrimoine. C’est un art plein d’humour parfois simplificateur mais qui a pour vocation de s’adresser à tous et plaira donc au plus grand nombre.

Henri George, La Belle Histoire des images d’Épinal, Le Cherche-Midi, 2005, 127 p., 45 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°578 du 1 mars 2006, avec le titre suivant : Gros plan sur l’imagerie populaire spinalienne

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque