Lundi 17 décembre 2018

François Aubrun - L’absolue peinture

Aubrun, l’ombre de la lumière

Par Pierre Pons · L'ŒIL

Le 23 avril 2013 - 121 mots

MONOGRAPHIE. Peintre de la lumière, François Aubrun (1934-2009) a passé une grande partie de sa carrière dans l’ombre.

Enseignant à Luminy, à Nice et aux Beaux-Arts de Paris, un temps directeur de l’école des beaux-arts de Toulon, l’artiste n’a pas eu le soutien des galeries et des institutions qui lui auraient apporté la reconnaissance qu’il méritait pourtant. Ceci ne l’a pas empêché, installé au Tholonet, à l’ombre de la Sainte-Victoire de Cézanne, de réaliser un travail sensible, plein de certitudes. « Rien de nouveau sous le soleil » diront certains devant une œuvre qui semble poursuivre des chemins déjà arpentés par de Staël, Messagier, Soulages… C’est vrai. Il n’en reste pas moins un excellent peintre et une œuvre exigeante, touchante même.

François Aubrun, L’absolue peinture, textes de F. Pajak, D. Coutagne et G. Duby, Les cahiers dessinés, 316 p., 59 euros

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°657 du 1 mai 2013, avec le titre suivant : François Aubrun - L’absolue peinture

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque