Mercredi 12 décembre 2018

Film - L’architecture déconstruite

Le Journal des Arts

Le 24 avril 2013 - 592 mots

De nouvelles prouesses architecturales sont décortiquées dans ce 8e opus d’« Architectures », série emblématique coéditée en DVD par Arte et la Réunion des musées nationaux.

Stan Neumann et Richard Copans, cinéastes, sont à l’origine de ce projet dont le dessein est de raconter, avec les moyens du cinéma, l’histoire des grandes réalisations qui jalonnent et font avancer l’architecture. Lancée en 1995, la collection composée d’une série de monographies sur des architectures majeures disséminées dans le monde se poursuit depuis, à raison de trois films par an, de 26 minutes chacun. Soit au total huit DVD où l’objet architectural (la réalisation) prime, dans l’approche, sur la dimension esthétique. Du Brésil au Japon, en passant par la Corée,  la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, la Finlande, l’Amérique du Nord, etc., chaque film offre l’opportunité de saisir la complexité, souvent insoupçonnée, de ces réalisations architecturales exceptionnelles.
Pour chacun des bâtiments, le principe du documentaire est le même, qu’il s’agisse d’architectures classiques, modernes ou contemporaines : la mécanique, l’agencement, les matériaux, les problématiques de construction et innovations apportées sont décortiquées. Grâce à de très hautes nacelles offrant de nouvelles perspectives, chaque bâtiment est présenté sous ses plus beaux atours, de nuit comme de jour. Images auxquelles se greffent des maquettes, plans en 3D, entretiens avec l’architecte (ou propos rapportés, selon l’époque). En somme chaque bâtiment est déconstruit, via une approche à la fois ludique et didactique où la technique est toujours rendue accessible.

Une voix « off » éteinte
Dans ce 8e opus composé de six films fraîchement sortis, dont cinq sont inédits, deux d’entre eux portent sur des architectures classiques : la citadelle de Vauban à Lille (déjà diffusé sur Arte), et la cathédrale gothique de Cologne, en Allemagne, avant-gardiste par sa charpente métallique (avant la tour Eiffel), son arc en pointe surélevant la bâtisse et des vitraux de 20 mètres de haut laissant entrer une vive lumière. Mais les deux films particulièrement intéressants ont trait à l’architecture moderne, car chacun des deux lieux abordés ici revêt une double vie. Ainsi le Centre national de la danse de Pantin (Seine-Saint-Denis), conçu en 1973 par Jacques Kalisz et constitué de béton armé, fut autrefois un lieu administratif. Claire Guieysse et Antoinette Robain assureront en 1998 la réfection du bâtiment déserté puis revendu 1 franc symbolique. L’occasion de composer avec l’existant tout en se réappropriant le lieu, comme ce fut le cas pour le Centre social pompeia de São Paulo, au Brésil, jadis ouvrier, transformé en citadelle du loisir. Dans un autre style, les architectures contemporaines ici filmées donnent à voir l’ingéniosité et l’inventivité déployées. De même que les influences venues d’ailleurs. Ainsi, en Suisse, le Rolex Learning Center conçu par Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa offre une approche nouvelle de l’espace propre au Japon : celle d’une continuité naturelle entre les éléments… sur une surface de 2 hectares.
Tout aussi surprenante, la Vitrahaus, en Allemagne, construite par Jacques Herzog et Pierre de Meuron, comprend douze maisons empilées sur cinq étages (soit 21 mètres de haut) selon des angles variés qui se transpercent et s’enchevêtrent. Avec, pour une fois dans l’architecture, un résultat final qui ressemble au dessin original, précise le commentaire.
Dans ces films intelligents et intelligibles, où Stan Neumann aimerait à l’avenir traiter aussi de l’architecture de l’urgence, d’Amérique du Sud, d’Europe centrale, voire d’Afrique – ce qui donnerait assurément à voir un autre type d’architectures –, seul le ton de la voix off gagnerait à être plus vivant. Et une approche de la dimension sonore surtout dans les espaces immenses et ouverts, plus systématique peut-être

Architectures Volume 8

Une collection de Richard Copans et Stan Neumann, coéd. Arte Éditions/RMN, DVD, 156 min, 14,99 €. Et diffusion sur Arte du 5 mai au 14 juillet le dimanche à 12 h 30 de 10 numéros de la collection « Architectures » (dont 5 des 6 sujets du DVD vol. 8).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°390 du 26 avril 2013, avec le titre suivant : Film - L’architecture déconstruite

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque