Dimanche 17 novembre 2019

Emily Evans Eerdmans - Madeleine Castaing

L'ŒIL

Le 20 mai 2011 - 183 mots

DÉCORATION. Exubérante, déroutante, les adjectifs ne manquent pas pour décrire Madeleine Castaing (1894-1992), mécène et décoratrice qui marqua la vie parisienne des Années folles aux années sida.

En 2008, Jean-Noël Liaut lui consacrait d’ailleurs une remarquable biographie (Madeleine Castaing, mécène à Montparnasse, décoratrice à Saint-Germain-des-Prés).  Le présent ouvrage de l’Américaine Emily Evans Eerdmans n’évite pas les redites, mais a le mérite de faire revivre le « style Castaing », éclectique et poétique. Dans sa propriété à Lèves ou dans sa boutique à Saint-Germain, Madeleine mêle bleu et vert, tapis léopard et meubles Directoire ou Regency, univers romantique et néoclassique. Ses clients ont pour nom Jean Cocteau (elle décore sa maison à Milly), Christian Bérard, Francine Weisweiller… « Antiquaire », elle fournit au Tout-Paris des meubles chinés dont elle peine à se séparer.  Théâtrale, elle n’a de cesse d’inventer sa vie, de sa rencontre avec son époux Marcellin à son amitié avec François-Marie Banier. Une vie abondamment illustrée ici, avec une mention spéciale à la reproduction des tissus Castaing, véritable marque internationale.

Emily Evans Eerdmans, Madeleine Castaing, Éditions du Regard, 256 p., 69 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°636 du 1 juin 2011, avec le titre suivant : Emily Evans Eerdmans - <em>Madeleine Castaing</em>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque