Dimanche 16 décembre 2018

Livre

Ecoldar

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 5 septembre 2018 - 158 mots

récit-fiction. Christine Lapostolle, raconte avec une écriture belle et kaléidoscopique, la vie d’une école d’art (en l’occurrence Quimper), où elle enseigne depuis plusieurs années.

Couverture de <em>Escoldar</em>, de Christine Lapostelle.
Couverture de Escoldar, de Christine Lapostelle.

Les personnages principaux de ce qui n’est pas tout à fait un roman – comme indiqué sur la couverture – en sont les étudiants, dont les nombreux et savoureux portraits décrivent les mille et un événements du lieu qu’elle appelle « Ecoldar » ou « l’île ». Car cette école, où la plupart arrivent très jeunes avec tout leur mal-être et y restent cinq ans, est un endroit à part, libre, une forme d’enclave dans une société qu’ils rejettent ou ne comprennent pas. Elle porte sur eux un regard lucide, souvent agacé par leur flemme, leur absentéisme, leurs certitudes de post-adolescents, ou au contraire un regard bienveillant sur leurs doutes. Les questions traversent de bout en bout le livre, à commencer par les interrogations sur leur art et leur devenir. Seule certitude rétrospective, « l’île » était une période bénie.

Christine Lapostolle, Ecoldar,
Éditions MF, 220 pages, 14 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°506 du 7 septembre 2018, avec le titre suivant : Ecoldar

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque