Du ciment à l’oeuvre

Par Lucien Rieul · L'ŒIL

Le 23 mars 2016

Sculpture - La sculptrice Claude de Soria (1926-2015) sera passée par les ateliers de Fernand Léger et d’Ossip Zadkine avant de trouver sa propre voie en expérimentant le ciment grâce à un sac oublié dans la cour de son atelier ; un matériau avec lequel elle nouera une relation quasi fusionnelle.

Dominique Baqué signe dans cette monographie un texte qui dévoile sans réticence un cheminement intellectuel jonché de hasards et de revirements, une œuvre dépouillée où transparaît la sincérité de sa créatrice. Les nombreuses reproductions (détails d’œuvres, vues de l’atelier et d’expositions), en couleurs ou noir et blanc, révèlent les variations de teinte et la sensualité du matériau brut. Les sculptures aux formes élémentaires traduisent une qualité tantôt lunaire ou organique (plaques et nervures), monolithique ou astrale (lames et boules). Inclus dans l’ouvrage, un DVD montre l’artiste présentant elle-même ses œuvres dans un entretien d’une demi-heure.

Dominique Baqué, Claude de Soria, Éditions du Regard, 152 p., 38 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°689 du 1 avril 2016, avec le titre suivant : Du ciment à l’oeuvre

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque