Mercredi 14 novembre 2018

Dictionnaire de l’art moderne et contemporain

L'ŒIL

Le 1 février 2003 - 347 mots

Paru pour la première fois en 1992, le Dictionnaire de l’art moderne et contemporain a rapidement été épuisé et sa reparution était très attendue. Décidant d’une republication, les éditeurs ont opté pour une nouvelle édition augmentée plutôt que pour un retirage. L’art contemporain, il est vrai, en dix ans, a connu des apports et, si le livre s’est enrichi d’une centaine de nouvelles notices (il en compte désormais plus de deux mille trois cents), celles-ci concernent surtout des créateurs qui évoluent à une certaine distance des cercles américains ou européens, qu’ils soient chinois ou australiens.
Par ailleurs, on a tenu compte de l’importance accrue de modes d’expression tels que la photographie ou l’art vidéo et le Web Art y fait son entrée. Un tel travail suppose l’adoption d’une certaine orientation (il ne s’agit pas de confondre dictionnaire et annuaire, remarque plaisamment Gérard Durozoi dans une introduction très claire) et la définition d’une méthode. On a d’abord défini le domaine comme nécessairement cosmopolite : impossible de considérer l’art autrement que dans son existence internationale, même si, la plupart du temps, la culture occidentale fait allègrement l’économie, une fois reconnue l’influence des arts primitifs sur les visions esthétiques au début du siècle, des réalisations actuelles en Orient ou en Afrique. On trouvera donc des notices concernant aussi bien le Mono Ha japonais que Picasso ou Barnett Newman. Autre vision de l’art, plus sociologique : figurent également au dictionnaire les cartes d’identité des marchands ou écrivains qui ont accompagné, favorisé, fait connaître l’œuvre de certains artistes. Enfin, à propos du choix ou de la position accordée à des artistes dont les œuvres sont encore « fraîches » (entendez, ont été produites dans les vingt-cinq dernières années et ne bénéficient pas du recul nécessaire à toute critique), l’équipe réclame, non pas tant un droit à l’erreur qu’un droit de porter un témoignage qui serait, à l’instar des images qui naissent aujourd’hui, foisonnant. On le lui accordera bien volontiers.

Gérard Durozoi (sous la dir. de), Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, éd. Hazan, Paris 2002, 696 p., 1 800 ill., 90,95 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°544 du 1 février 2003, avec le titre suivant : Dictionnaire de l’art moderne et contemporain

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque