Mercredi 24 octobre 2018

Diaz de la Peña, le délaissé de Barbizon

Par Julien Tribut · L'ŒIL

Le 1 août 2007 - 217 mots

Comment expliquer l’indifférence ou, au mieux, la bienveillante neutralité des historiens de l’art à l’égard de Narcisse Diaz de la Peña (1807-1876) ? Il est certes toujours cité dans le cortège des peintres de « l’école » de Barbizon, mais sans susciter l’enthousiasme. Il est vrai que tout un pan de sa production, des scènes orientales, des baigneuses, des familles bohémiennes, le tout sur un fond d’arbres authentiquement bellifontains, a de quoi agacer. Son ami Thomas Couture disait même de lui « qu’il ne savait pas mettre une bouche sous un nez ».
Cette œuvre facile et commerciale a pourtant fait la fortune du peintre. Une juste compensation pour ce fils d’immigré espagnol, très tôt orphelin, amputé de la jambe droite, et parfait autodidacte. Restent ses paysages de forêt, à la fois sombres et denses, mais aussi chatoyants, presque scintillants. Ce peintre de plein air a une touche visible et papillotante qui annonce l’impressionnisme.
Le catalogue raisonné devrait aider à mieux asseoir sa réputation. Le premier volume raconte (dans un style un peu trop scolaire) sa vie et son œuvre, tandis que le second volume recense les 3 260 numéros de son œuvre peint.

Pierre et Rolande Miquel, Narcisse Diaz de la Peña, monographie et catalogue raisonné, 2 volumes, ACR Édition, Courbevoie (92), 770 p., 250 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°590 du 1 avril 2007, avec le titre suivant : Diaz de la Peña, le délaissé de Barbizon

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque