Jeudi 12 décembre 2019

C. Duvernois et F. Halard : "Trianon : le domaine privé de Marie-Antoinette"

Le fantôme de Marie-Antoinette rôde toujours au Trianon

L'ŒIL

Le 26 janvier 2009 - 209 mots

Pourtant guillotinée par les Français, Marie-Antoinette est aujourd’hui une reine adulée.

 La preuve avec les nombreux ouvrages qui tentent de retracer la vie mouvementée de cette souveraine qui marqua les esprits.
À l’occasion de la restauration du Trianon [p. 127], l’auteur a choisi de dévoiler l’infortunée reine à travers la conception de ce royaume privé. L’histoire du domaine est le reflet de la vie et de la personnalité de la jeune maîtresse de maison qui n’était plus la reine à Trianon, mais elle-même. De l’arrivée de Marie-Antoinette à Versailles jusqu’à la désertion de cet éden champêtre, l’intimité de la reine est ici contée et illustrée par des photographies du Trianon et de ses jardins. Le lecteur se plaira à peupler ces images des personnages qui lui sont dépeints, en passant outre la qualité des illustrations qui ne sont pas à la hauteur des lieux.
Une faiblesse que comble L’Album de Marie-Antoinette, recueil d’aquarelles de plans et de vues du Petit Trianon que Marie-Antoinette a distribué à quelques privilégiés. Un souvenir de ce lieu magique où l’on ne peut que s’attarder.

C. Duvernois, F. Halard, Trianon : le domaine privé de Marie-Antoinette, Éditions Actes Sud, 49 euros ; et P. Arizzoli-Clémentel, L’Album de Marie-Antoinette , Éditions Gourcuff Gradenigo, 19 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°610 du 1 février 2009, avec le titre suivant : C. Duvernois et F. Halard : "Trianon : le domaine privé de Marie-Antoinette"

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque