Art tomorrow

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 février 2003

Il faut un certain courage pour aborder pareil sujet : discerner les développements les plus récents de l’art contemporain afin d’émettre quelques hypothèses sur le devenir de l’art de demain. Mais l’auteur, Edward Lucie-Smith a du répondant. Critique et historien d’art mondialement connu, il a fait du xxe siècle son terrain d’étude et reste aux aguets des nouveaux courants émergeant dans les créations plastiques. Pour ce volume-ci, le champ des recherches se limite aux années 1990, excluant donc le pop art. Notant que, de nos jours, le défi est devenu la norme, E. Lucie-Smith souligne que c’est dans une vidéo ou une installation que cette agression peut le mieux se manifester, rarement dans une toile peinte. Dans toute œuvre, un ingrédient s’avère indispensable, la provocation, pour scandaliser un public relativement indifférent ou blasé. De nombreuses pages sont donc consacrées à souligner dans les productions actuelles la volonté d’agresser le spectateur. Certains prétendent photographier la réalité, mais l’image est subtilement modifiée. Si d’autres regardent plutôt vers le passé, c’est pour un détournement mettant en exergue un scandale propre à notre époque. Plus encore, on utilisera un spécimen médical pour susciter la répulsion, ou les dernières découvertes scientifiques pour terroriser. Âmes sensibles s’abstenir. Mais pour venir au secours de son lecteur perplexe, l’auteur a prévu un lexique permettant de classer dans l’un ou l’autre de ces courants un jeune artiste émergeant.

Edward Lucie-Smith, Art Tomorrow : regard sur les artistes du futur, éditions Terrail, Paris, 304 p., 250 ill., 35 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°544 du 1 février 2003, avec le titre suivant : Art tomorrow

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque