Analyse

Art contemporain ou photographie ?

Le Journal des Arts

Le 13 mai 2005

Les éditions Thames & Hudson publient un manuel pour mieux s’y retrouver dans la jungle des images actuelles.

De temps en temps, cela fait du bien de faire le point. Ces dernières années, la photographie a envahi le domaine de l’art contemporain (ou est-ce le contraire ?) à une vitesse digne de l’éclair et les propositions sont multiples, sans, parfois, présenter de réelle lisibilité... Charlotte Cotton fait avec ce livre didactique une pause, nous présentant l’état actuel de la photographie dans l’art contemporain. Postulat de départ, l’auteure n’est pas là pour refaire l’histoire de la photographie et son évolution jusqu’à aujourd’hui. Mais l’esprit de Stephen Shore, de Bernd et Hilla Becher et de William Eggleston plane sur le livre. Commissaire d’expositions, Charlotte Cotton fut conservatrice au Victoria & Albert Museum, à Londres, et est désormais chargée de la programmation de la Photographer’s Gallery, à Londres toujours.

Stéréotypes évacués
Si les artistes britanniques sont en bonne place dans l’ouvrage, les Français y sont sous-représentés: à l’exception de Jean-Marc Bustamante, Sophie Ristelhueber, Sophie Calle, Luc Delahaye et Georges Rousse, la nouvelle génération n’existe pas ! Mais Charlotte Cotton offre au lecteur un panorama des différentes formes d’expression et de motivation qui coexistent en ce domaine. Les photographes mentionnés ne sont pas tous les élèves de l’« instant décisif » : « Toutes les photographies reproduites ici résultent d’une stratégie ou d’un événement orchestré par les photographes avec pour seul objectif celui de créer une image », souligne l’auteure dès les premières lignes.
L’ouvrage aborde le sujet en sept chapitres ; dès le premier, sont évacués les stéréotypes les plus tenaces qui affectent la photographie pour laisser place à la narration, la neutralité du document, la banalité, l’intime, l’histoire et les réappropriations. Le travail des photographes est l’objet d’un décryptage pédagogique et largement illustré,  sans enfermer chacun d’eux dans une case hermétique. Nombreux sont ceux que l’on retrouve d’un chapitre à l’autre, explorant les différentes possibilités du médium. Et l’auteure de s’autoriser, avec intelligence, un aller-retour entre plasticiens (purs et durs) comme Felix Gonzalez-Torres ou Fischli/Weiss et les travaux proches du reportage d’Alec Soth pour Magnum ou de Shirana Shabazi.
Cette bonne introduction offre aussi des découvertes de photographes encore peu présentés en France comme Yinka Shonibare, Trine Sondergaard, Jacqueline Hassink, Anne Hardy, Jem Southam, Justine Kurland ou Tracey Baran.

Charlotte Cotton, La Photographie dans l’art contemporain, Éd. Thames & Hudson, Collection « L’univers de l’art », 2005, 224 pages, 222 illustrations, 14,95 euros, ISBN 2-87811-253-9

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°215 du 13 mai 2005, avec le titre suivant : Art contemporain ou photographie ?

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque