Dimanche 18 novembre 2018

Vente Elton John

Par Roxana Azimi · L'ŒIL

Le 1 septembre 2003 - 276 mots

Sur les brisées des magazines people, les maisons de ventes ont versé depuis la fin des années 1980 dans les paillettes. Dans la panoplie des ventes glamour, Sotheby’s a de prestigieux antécédents entre Jackie Kennedy et le couple Windsor. Dans cette veine, elle propose le 30 septembre prochain à Londres, le contenu de l’appartement du chanteur Elton John. Familier des ventes publiques, la pop star avait déjà cédé par l’entremise de Sotheby’s plus de 2 000 lots pour un produit de 4,8 millions de livres lors d’une vente marathonienne en 1988. Tout comme Karl Lagerfeld, qui jongle entre ses multiples collections, le choix du chanteur semble dicté par une volonté de se consacrer davantage à un art plus contemporain. L’offre est cette fois plus modeste. La collection de sa résidence londonienne, plus de 400 lots, est estimée à 800 000 livres. Il est vrai qu’on n’y trouve pas le mobilier Art nouveau qu’il avait affectionné, ni d’œuvres insignes s’arrogeant des estimations élevées. Dans ce pêle-mêle, on découvre des meubles Biedermeier, des peintures anglaises des xvie et xviie siècles, de la verrerie de Murano des années 1930, des bronzes italiens et aussi des objets plus anecdotiques signés Gianni Versace, l’ensemble dans une fourchette de prix de 800 à 40 000 livres. On notera avec étonnement une peinture française, L’Entrée du comte d’Artois à Paris par Jacques-Noël Frémy, estimée 12 000 à 18 000 livres. Reste à voir si les fans se presseront pour l’œil éclectique du chanteur. Œil qui au demeurant semblait lui faire défaut dans une affaire de fausses (?) sculptures acquises chez un antiquaire parisien... Nobody’s perfect !

Sotheby’s LONDRES, vente Elton John, 30 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°550 du 1 septembre 2003, avec le titre suivant : Vente Elton John

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque