Vendredi 14 décembre 2018

Madrid

Vent d’optimisme sur Arco

Une augmentation sensible du nombre de participants

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 1 février 1995 - 548 mots

L’humeur est à l’optimisme avant la quatorzième édition d’Arco, qui ouvrira ses portes du 9 au 14 février. La foire annuelle d’art contemporain de Madrid, fondée en 1982, est placée cette année sous le signe des États-Unis. Une douzaine de galeristes et dix-sept collectionneurs privés américains sont attendus.

MADRID - La foire sera installée au nouveau parc d’exposition Juan Carlos Ier, près de l’aéroport de Madrid, où elle s’est déjà tenue en 1992 et 1994. Un lieu qu’elle avait dû quitter en 1993, quand l’aide internationale avait manqué en raison de la mauvaise conjoncture économique que connaissait l’Espagne.

La foire a survécu sous une forme réduite, avec un budget plus serré et moins d’exposants, en s’intéressant surtout aux créations locales qui ont attiré un public enthousiaste et international. Pour cette nouvelle édition d’Arco, d’heureuses initiatives ont entraîné une augmentation du nombre des participants. En 1993 et 1994, 133 et 139 marchands avaient assisté à la foire. Cette année, 168 stands ont été réservés. La présence espagnole reste stable, mais le nombre d’exposants étrangers est en forte progression.

Douze galeries américaines ont été invitées à participer au projet organisé par Kevin Consey (directeur du Musée d’art contemporain de Chicago) et conçu par les organisateurs d’Arco afin d’assurer la présence des tendances internationales de l’art contemporain. En 1996 et 1997, Arco invitera des galeristes allemands et sud-américains.

Parmi les galeristes choisis par Kevin Consey, on note la présence de Laura Carpenter (Ellsworth Kelly, Agnes Martin et Joan Mitchell), Pace (Robert Mangold et Joel Shapiro), Donald Young (Gary Hill), John Weber (Sol LeWitt et Alighero e Boetti) et Rhona Hoffman (Leon Golub, Annette Lemieux et Lorna Simpson). Plusieurs de ces marchands avaient participé aux précédentes éditions d’Arco ; cette invitation récompense leur fidélité. D’autres galeries américaines sont également invitées dans le cadre de ce projet, dont Crown Point Press, Galerie Lelong, Christopher Grimes, Laurence Miller, PPOW, Jack Shainman et Zolla Lieberman.

Kevin Consey a en outre prévu, les 9 et 10 février, une série de conférences et de tables rondes avec dix-sept collectionneurs américains, de New York, Chicago, San Francisco et d’autres villes.

De nombreux marchands étrangers seront présents, comme la galerie Malborough, implantée à Madrid par l’intermédiaire de ses magasins, qui représente plusieurs grands artistes espagnols et sud-américains ; une quinzaine de marchands allemands, dont Konrad Fisher et Hans Mayer ; cinq marchands italiens, dont Lucio Amelio et Christian Stein ; Thaddaeus Ropac de Salzbourg, ainsi que des galeries belges, françaises, danoises, néerlandaises et australiennes. Il y aura également des galeries sud-américaines, des marchands venant d’Argentine, de Colombie, du Costa Rica, de l’Équateur, et du Venezuela.

La foire reste cependant dominée par la très forte participation des galeries espagnoles et portugaises, parmi lesquelles Juana de Aizpuru, Oliva Arauna, Gamarra y Garrigues (Madrid), Maeght et Joan Prats (Barcelone), et des galeristes de Séville, Valence, Saragosse, des Baléares et de Lisbonne.

Guillermo de Osma, le spécialiste madrilène de l’art moderne, est l’un des noms les plus attendus. Ayant participé à la foire pour la première fois il y a un an, il présentera l’avant-garde espagnole des années 1910-1940 et montrera des œuvres de Picasso, Gris et de la génération des surréalistes : Oscar Dominguez, Benjamin Palencia, Esteban Frances et Joachim Torres-Garcia.

Arco, Madrid, du 9 au 14 février, inauguration le 8 février.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°11 du 1 février 1995, avec le titre suivant : Vent d’optimisme sur Arco

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque