Mercredi 12 décembre 2018

Une sélection des expositions à Bâle

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 22 mai 1998 - 986 mots

Les musées de Bâle rivalisent tous les ans afin de proposer les meilleures expositions à l’occasion de la Foire internationale d’art contemporain. Avec l’ouverture cette année de la Fondation Beyeler, à Riehen, et la présentation de la première rétrospective consacrée à Roy Lichtenstein depuis son décès, le Pop Art est à l’honneur, puisque le Kunstmuseum présente également les dessins d’Andy Warhol. De Paul Cézanne à Matthew Barney, un petit tour d’horizon des réjouissances.

Sous le titre de “A Guest of Honor” (l’invité d’honneur), le Kunstmuseum de Bâle inaugure un nouveau concept d’exposition : il s’agit de confronter un chef-d’œuvre d’une collection internationale avec des tableaux choisis dans le fonds du musée bâlois. Les commissaires entendent ainsi instaurer un dialogue plus intense entre les œuvres proposées, incitant les visiteurs à prendre leur temps, à lire chaque détail des peintures et à approfondir certaines questions de l’histoire de l’art. Cette série de manifestations est inaugurée avec un tableau de Paul Cézanne, Nature morte aux pommes et aux pêches (vers 1905), conservé à la National Gallery of Art de Washington. Cette toile, la dernière nature morte du peintre, est confrontée à Pains et compotier aux fruits sur une table (1908-1909) de Pablo Picasso, et à Broc et Violon (1909-1910) de Georges Braque. La présentation de ces trois œuvres éclaire un peu plus le cheminement qui a conduit les deux plus jeunes artistes vers le Cubisme. La cruche figurant dans le tableau de Braque n’est par exemple pas sans analogie avec celles des dernières natures mortes de Cézanne. L’exposition est complétée par une série d’études provenant du Musée Picasso de Paris, du Musée des beaux-arts de Berne et de collections particulières.

Médiatisation de la vie privée
Une peinture bien plus actuelle  est à l’honneur au Musée d’art contemporain, dans le quartier de St. Alban. Dans l’exposition qu’elle a elle-même conçue, l’Américaine Elisabeth Peyton présente trois groupes de portraits peints ou dessinés. Elle a pris pour modèle le peintre britannique David Hockney, qui l’a particulièrement impressionnée l’été dernier lorsqu’elle a découvert le film A Bigger Splash (1974). Elle montre également ses Princesse Diana et Prince Harry, mais aussi ses amis, tel le golden-boy Craig. Ici, l’artiste explore en particulier la médiatisation de la vie privée des stars. Ses portraits, de petit format, restent profondément intimes. En parallèle, le musée propose une exposition de Matthew Barney, “Cremaster 1”. Issue d’un cycle d’œuvres débuté en 1995, elle se compose d’un film et d’une scénographie spatiale, au cœur de laquelle est mis en exergue Goodyear Field. Cette grande sculpture, qui fait aujourd’hui partie de la collection de la Emanuel Hoffmann-Stiftung, a notamment été utilisée pour le tournage du film. Soignée dans les détails, elle n’en est pas moins réalisée avec des matériaux hétérogènes : du silicone, de la vaseline, du tapioca et des prothèses en matière plastique. Le musée inaugure dans le même temps  “Forum”, deux petites salles d’exposition et de projets. Heinrich Lüber y présente une performance et des esquisses, tandis qu’Ilya Kabakov a créé, dans la seconde, un Monument pour un gant perdu.

Un vibrant hommage à Lichtenstein
À la Kunsthalle de Bâle, l’Américain Dan Peterman et l’Allemand Tobias Rehberger ont réalisé ensemble une installation inédite. Ils travaillent à partir de mobiliers et créent des décorations intérieures. Les visiteurs pourront ici utiliser librement les espaces imaginés par les deux créateurs. Mona Hatoum présente également une nouvelle œuvre, spécialement conçue pour l’espace de la Kunsthalle.

De l’autre côté du Rhin, le Musée Tinguely expose la collection de l’architecte Theo Hotz et de son épouse Elsa. L’ensemble comprend notamment des pièces de  Max Bill, Alexander Calder, Dan Flavin, Lucio Fontana, Donald Judd, Piero Manzoni, Mario Merz, Pipilotti Rist, Dieter Roth, Frank Stella, Daniel Spoerri, Jean Tinguely, Franz West et Beat Zoberer. À Riehen, la Fondation Beyeler rend un vibrant hommage à Roy Lichtenstein en organisant la première exposition personnelle de l’artiste depuis sa disparition, en septembre 1997. Près de soixante-quinze œuvres, du début des années soixante à la fin de sa vie, retracent la carrière de l’artiste Pop et ses différentes périodes.

Deux mille ours en peluche
Dans l’Allemagne toute proche, le Vitra Design Museum inaugure la plus importante exposition de Frank Lloyd Wright jamais proposée en Europe. La manifestation s’articule autour de la maquette de l’un de ses projets urbanistiques, “Bradacre City” (la ville-campagne). Une soixantaine d’objets décoratifs dessinés par l’architecte américain viendront souligner son intérêt pour le mobilier, mais aussi pour les fenêtres ornementales, les textiles, les luminaires ou l’argenterie. Enfin, pour les amateurs de lieux insolites, un Musée de la poupée vient d’ouvrir à Bâle. Plus de 2 000 ours en peluche et des maisons de poupées se déploient sur quatre étages et 1 000 m2. Le musée est en outre équipé d’un intéressant système interactif qui permet de ne rien perdre de ces trésors pour petits et grands.

A GUEST OF HONOR, CÉZANNE, PICASSO, BRAQUE, LE DÉBUT DE LA NATURE MORTE CUBISTE, jusqu’au 28 juin ; ANDY WARHOL, DESSINS 1942-1987, jusqu’au 19 juillet, Kunstmuseum, St. Albangraben 16, Bâle, tél. 41 61 271 08 28,tlj sauf lundi 10h-17h.
MATTHEW BARNEY, CREMASTER 1,jusqu’au 28 juin ; ELISABETH PEYTON, jusqu’au 9 août, Museum für Gegenwartskunst, St. Alban-Rheinweg 60, Bâle, tél. 41 61 272 81 83, tlj sauf lundi 11h-17h.
MONA HATOUM, jusqu’au 16 août ; DAN PETERMAN, TOBIAS REHBERGER,jusqu’au 30 août, Kunsthalle, Klostergasse 5, Bâle, tél. 41 61 272 48 33, tlj sauf lundi 11h-17h, mercredi 11h-20h30.
ŒUVRES DE LA COLLECTION THEO ET ELSA HOTZ, 27 mai-13 septembre, Musée Jean Tinguely, Grenzacherstrasse, Bâle, tél. 41 61 681 93 20, tlj sauf lundi et mardi 11h-19h.
ROY LICHTENSTEIN, 24 mai-27 septembre, Fondation Beyeler, Baselstrasse 77, Riehen, tél. 41 61 645 97 00, tlj 11h-19h, mercredi 11h-20h.
FRANK LLOYD WRIGHT : LA CITÉ VIVANTE, 11 juin-11 octobre, Vitra Design Museum, Charles-Eames-Str. 1, Weil-am-Rhein, Allemagne, tél. 49 76 21 702 3200, tlj sauf lundi 11h-18h
Puppenhausmuseum, Steinenvorstadt 1, Bâle, tél. 41 61 225 95 95, tlj 11h-17h, jeudi 11h-20h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°61 du 22 mai 1998, avec le titre suivant : Une sélection des expositions à Bâle

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque