Un hommage à la créativité des céramistes modernes

L'ŒIL

Le 1 février 2003 - 127 mots

Les reflets argentés de cet Enlèvement de Perséphone, réalisé d’après le Bernin sont dus à sa couverte d’émaux flammés à lustres métalliques verts et bleus, typique de Rambervillers (2 000/4 000 euros). D’autres pièces de cette vente consacrée à la céramique de 1880 à 1950 illustrent la production artistique de petites manufactures, réalisée sous l’impulsion de directeurs artistiques dynamiques, explique l’expert Bénédicte Blondeau-Wattel. Ainsi les pièces de Rambervillers, Massier, Tharaud, Lourioux figurent au côté de celles de grandes manufactures : Sarreguemines, Longwy, Kéramis, Royal Copenhague... L’œuvre d’artistes céramistes comme Deck, Jouve, Cazaux, Madoura voisine avec les pièces de céramistes moins connus, choisies pour leur originalité et leur force. Variété représentée par une large échelle de prix, de 50 à 5 000 euros.

Drouot Richelieu, Paris, 7 février

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°544 du 1 février 2003, avec le titre suivant : Un hommage à la créativité des céramistes modernes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque