Un goût français, la collection Jacques et Henriette Schumann

Par Roxana Azimi · L'ŒIL

Le 20 novembre 2007

La vente de la collection Jacques et Henriette Schumann par Christie’s s’inscrit à mi-chemin entre la house sale d’ameublement et l’esprit pointu du cabinet de curiosités. Issue d’une famille de collectionneurs, Henriette Schumann reçoit de ses parents, Alice et Fernand Halphen, des tableaux anciens et un mobilier classique. Son époux hérite quant à lui des dessins et des objets d’art de son grand-père maternel, Albert Lehmann. La dispersion comprend aussi bien des médailles autour de 300 euros qu’un dessin de Louis-Léopold Boilly, Le Départ des conscrits dont on attend 250 000 à 300 000 euros. Autour de ce dessin extrêmement soigné de l’artiste français se confirme une fidélité atavique aux objets d’art. Mis en vente lors de la dispersion d’Albert Lehmann en 1925, le dessin est acheté par Robert Schumann, père de Jacques. En 1951, à son nouveau passage sous le marteau, il est acquis pour 410 000 francs par Jacques et Henriette et conservé depuis lors. On s’attarde aussi sur le trait incisif d’Honoré Daumier dont un dessin, le Plaideur mécontent, s’offre entre
200 000/300 000 euros. Étonnamment, la vente ne présente qu’un seul tableau, un modelo de Jean-Honoré Fragonard pour le tableau Jupiter et Calisto conservé au musée de Tours. La section mobilier marie l’ameublement classique au grand mobilier. Dans ce dernier registre, on relève un fauteuil de Georges Jacob et une table en laque du Japon par Martin Carlin, respectivement estimés 200 000/300 000 et 250 000/350 000 euros. « On ne voit pas souvent des objets de ce genre sur le marché. Il y a derrière chaque chose un œil de connaisseur, qui n’est pas sans évoquer, à une échelle moindre, celui des grandes ventes Rothschild », souligne l’auctioneer François de Ricqlès qui estime le produit global entre 4 et 6 millions d’euros.

Christie’s, PARIS, 9 avenue Matignon, VIIIe, exposition du 25 au 29 septembre, vente le 30 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°550 du 1 septembre 2003, avec le titre suivant : Un goût français, la collection Jacques et Henriette Schumann

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque