Dimanche 23 septembre 2018

Trois vases chinois superstars

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 1 novembre 2006 - 384 mots

Trois vases chinois sont d’ores et déjà les stars mondiales d’une vente aux enchères parisienne consacrée à l’art asiatique à Drouot. Le premier est un très bel exemplaire en porcelaine à décor « bleu et blanc ». Datant du deuxième quart du xive siècle, il possède une forme, une taille (43,5 cm) et un décor qui ne semblent pas répertoriés à ce jour. « L’épaisseur de la porcelaine, la qualité du bleu de cobalt et la vigueur du décor classent d’emblée ce vase comme une référence parmi les pièces les plus importantes de l’époque Yuan (1260-1368) », précise l’expert Guy Raindre. Parce que les provenances font aussi rêver, notons qu’il fut acheté au Caire entre 1947 et 1950 dans une vente aux enchères des biens d’un collectionneur turc, par le fils d’un diplomate égyptien et resta dès lors dans sa descendance. Fera-t-il plus de 2 millions d’euros ?
Deuxième merveille de la vente : un vase « bouteille » orné d’un magnifique dragon à cinq griffes à la crinière ondulante et au corps recouvert d’écailles en corail sur fond or. D’époque Qianlong (1736-1795), cette porcelaine est ornée du fameux décor « mille fleurs » réalisé en émaux de la famille rose. Pour l’expert, « la marque Qianlong, l’extrême qualité du décor, la présence du dragon à cinq griffes, et l’existence du fond or, font indéniablement penser à une œuvre destinée à la cour impériale ». Pour la petite histoire, il fut acheté sur le marché parisien en 1930 par un collectionneur du sud de la France et resta dès lors dans sa descendance. Pour cette pièce, les enchères devraient atteindre plusieurs millions d’euros.
Le troisième trésor est un important vase à vin siguang du xviiie siècle, en bronze doré et bronze cloisonné bleu foncé, vert, jaune, mauve et rouge sur fond bleu clair. Il s’inspire fidèlement d’un modèle de vase cérémoniel du xie siècle av. J.-C. en bronze. Il est entièrement décoré de dragons. Un modèle identique (sans son couvercle) a été adjugé à Paris en juin dernier pour 370 400 euros. Les prix devraient davantage s’envoler pour cet exemplaire qui présente l’extrême rareté d’avoir conservé son couvercle.

Arts d’Asie, vente le 15 novembre, Drouot Richelieu, 9, rue Drouot, Paris IXe, maisons de ventes aux enchères Mathias/Le Roux-Morel/Baron-Ribeyre, tél. 01 42 46 00 77, www.blm-auction.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°585 du 1 novembre 2006, avec le titre suivant : Trois vases chinois superstars

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque