Sotheby’s, les chefs-d’œuvre africains de Marceau Rivière

Les 18 et 19 juin 2019

Par Marie Potard · L'ŒIL

Le 21 mai 2019 - 414 mots

Sotheby’s met en vente ce mois-ci une partie de la collection de l’amateur et marchand d’art africain Marceau Rivière.

Réunie pendant plus de cinquante ans, cette collection, restée à l’abri des regards, comprend deux cent cinquante lots dont la plupart proviennent de collections prestigieuses, pour une estimation avoisinant les 15 millions d’euros. Âgé de 82 ans, l’homme a découvert l’art africain à 10 ans – il a acheté son premier masque à 11 ans – et ne s’en est plus jamais détourné. Aujourd’hui, il souhaite disperser de son vivant ces objets rassemblés avec passion, acquis sur place ou à Paris, chez les grands marchands de Saint-Germain comme Daniel Hourdé.

Fasciné par l’Afrique subsaharienne, Marceau Rivière a vécu une dizaine d’années au Tchad, notamment lorsqu’il exerçait son métier d’ingénieur-technicien en vol au sein de la compagnie UTA, après avoir été incorporé comme méhariste en Algérie en 1957. Pendant plus de 20 ans, il a sillonné des pays comme le Niger, le Congo, la Côte d’Ivoire ou encore le Cameroun. En 1981, ayant quitté l’aviation, il décide d’ouvrir sa propre galerie à Paris, rue Saint-Benoît, tout en poursuivant ses recherches et l’écriture – il publie son premier ouvrage en 1975, Les Chefs-d’œuvre africains des collections privées françaises.

Les plus belles pièces de sa collection proviennent essentiellement de Côte d’Ivoire, tel un masque rond Baoulé, « symbole métaphorique de la lune », s’inscrivant dans un corpus rare d’œuvres. Pour devenir le nouveau propriétaire de cet objet, il faudra débourser aux alentours de 2 millions d’euros. Autre pièce majeure de la collection, un masque Dan provenant de la collection Henri Kamer (est. 700 000 euros [*]). « Il s’agit du plus beau masque Dan au monde. La douceur des modelés, la patine luisante en font une icône de l’art africain », souligne Alexis Maggiar, directeur Europe pour le département des arts d’Afrique et d’Océanie chez Sotheby’s. Une figure de reliquaire Kota Mahongwe du Gabon recouverte de fines lamelles de laiton, de l’ancienne collection Merton Simpson, est également proposée à la vente (est. au-delà de 500 000 euros). La vacation comprend encore une statue Baoulé (Côte d’Ivoire), issue de la collection du célèbre marchand Paul Guillaume ou bien un masque Baoulé provenant de la collection Helena Rubinstein. Beau programme.

ERRATUM - 23 mai 2019

La maison de ventes Sotheby’s nous a informé suite à notre publication que l’estimation du masque Dan provenant de la collection Henri Kamer n’était pas de 500 000 euros comme nous l'avons écrit dans L'OEIL n°724 mais de 700 000 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°724 du 1 juin 2019, avec le titre suivant : Sotheby’s, les chefs-d’œuvre africains de Marceau Rivière

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque