Mardi 10 décembre 2019

Saatchi investit Underwood Street

Le Journal des Arts

Le 14 septembre 2001 - 381 mots

Saatchi vient de s’installer 30 Underwood Street, dans le quartier très en vogue de Shoreditch où il ouvre un nouvel espace. Là, le publicitaire exposera des artistes de sa collection.

LONDRES (de notre correspondante) - Pendant huit ans, le 30 Underwood Street s’était forgé une solide réputation dans le domaine du multimédia. Elle a pourtant cédé sa place à la galerie Saatchi : “Nous avions un bail de longue durée, mais je n’avais ni programme ni finances ; nous n’avions pas le temps d’effectuer une demande de subvention auprès de l’Arts Council et j’avais beaucoup d’autres projets en cours”, explique Simon Hedges, fondateur et directeur du 30 Underwood Street et locataire du bâtiment. “J’avais déjà rencontré Saatchi plusieurs fois car il est un visiteur régulier de la galerie. Je l’ai donc contacté parce que ses avis sont pertinents et qu’il n’était pas encore installé à Shoreditch.” Surprise par cette proposition, Jenny Blythe, conservatrice de la Saatchi Gallery, n’était pas à la recherche d’un nouvel espace. “Simon nous a contactés car il avait besoin de fonds et il nous a demandé si nous serions d’accord pour organiser plusieurs expositions. Charles a étudié nos suggestions et a accepté.” 30 Underwood Street “est moins une galerie satellite qu’un espace” pour les artistes dont les œuvres figurent déjà dans la Collection Saatchi (lire p. 30). Pourtant, l’exposition inaugurale présente des œuvres qui n’y appartiennent pas encore. Elle rassemble les jeunes artistes sortis des cinq écoles d’art londoniennes qui ont bénéficié de la bourse Saatchi d’une durée de deux ans et d’un montant de 10 000 livres (104 000 francs) par école. Simon Hedges et Jenny Blythe bouclent actuellement le programme des expositions des artistes Saatchi qui occuperont le rez-de-chaussée et les autres étages du bâtiment à partir de septembre. Même si la galerie Saatchi couvre tous les coûts de programmation, le bail du bâtiment reste à la charge de Simon Hedges et de l’artiste Martin Richmann. Rien ne changera pour les ateliers ni pour “Mellow birds”, l’espace géré par les artistes qui occupent également le bâtiment. “C’est une bonne chose pour cet espace – plus de budgets et d’attention dynamiseront le lieu”, souligne Simon Hedges, qui tient à ajouter cependant qu’“Underwood Street, la  Saatchi Gallery et moi-même ne formons, en aucun cas, une association commerciale.”

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°132 du 14 septembre 2001, avec le titre suivant : Saatchi investit Underwood Street

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque