Razzia sur le moderne et le contemporain

Londres confirme les bons résultats de New York

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1996

À Londres, les ventes d’art impresionniste, moderne et contemporain (Ie partie) de la fin du mois de juin ont confirmé les bons résultas enregistrés à New York au printemps. La surprise a été créée par une acheteuse qui a acquis, exclusivement chez Sotheby’s, près de trente œuvres : Renoir, Picasso, Chagall, Klee, Miró, Magritte, Dubuffet, Fontana, Klein, Freud et Baselitz !

LONDRES. La vente d’art impressionniste et moderne organisée par Sotheby’s le 24 juin a affiché les meilleurs résultats de la semaine : 43 de ses 57 lots ont trouvé ac­quéreur pour un total de 25 305 000 livres (197,4 millions de francs). Heidi Charmat – 53 ans, riche veuve d’Helmut Horten, ancien propriétaire d’une chaîne de magasins, aujourd’hui mariée à Jean-Marc Charmat, un fleuriste français – a acquis un total de près de trente œuvres au cours de cette vacation et de celle d’art contemporain qui lui a succédé le 26 juin, toujours chez Sotheby’s.

Les Grands arbres au Jas de Bouffan, peints par Cézanne vers 1890, étaient sans doute l’œuvre la plus remarquable de la vente du 24 juin. Estimé entre 3 et 4 millions de livres, le tableau a été adjugé à un acheteur japonais 4,7 millions de livres (36,7 millions de francs). Une huile de Paul Klee, Geschwister (Frère et sœur, 1930), estimée entre 1,3 et 1,8 million de livres, a été achetée par Heidi Charmat 2,6 millions de livres (20,3 millions de francs), soit le double de l’estimation basse. Immédiatement avant cette vacation, 14 des 16 lots de la collection Gutzwiller ont été vendus pour un total de 3 177 000 livres (24,8 millions de francs).

Le 25 juin, Christie’s organisait à son tour sa vente d’art impressionniste et moderne : 40 des 61 lots proposés ont été vendus pour un total de 22 075 000 livres (172,2 millions de francs). L’Empire des Lumières, de Magritte, est allé au marchand de Bâle Ernst Beyeler pour 2,3 millions de livres (18 millions de francs), contre une estimation de 600 à 800 000 livres. Ce prix record est dû à la qualité exceptionnelle de la toile, mais également à la publication des cinq volumes du catalogue raisonné de l’œuvre de Magritte, établi par David Sylvester, qui a donné une nouvelle importance à l’artiste.

Mao pour François Pinault ?
La vente d’art contemporain organisée par Christie’s le 27 juin a produit un total de 6 868 000 livres (53,6 millions de francs), avec 62 des 79 lots vendus. Accom­pagnée d’une estimation présomptueuse (550 000 à 750 000 livres), Head of a Woman (Tête de femme), par Francis Bacon, n’a intéressé personne dans la salle. Elle a finalement été acquise par téléphone, sans doute un peu au-dessous de son prix de réserve.

L’un des plus grands (208 x 142 cm) et des plus beaux portraits de Mao par Andy Warhol, estimé entre 100 000 et 150 000 livres, a attiré de nombreux enchérisseurs lors de la vente d’art contemporain organisée par Sotheby’s le 26 juin. Il a finalement été enlevé pour le compte du consultant parisien Marc Blondeau par la marchande new-yorkaise Lucy Mitchell-Innes, assise à ses côtés. Achetée 610 000 livres (4,8 millions de francs), l’œuvre pourrait être destinée à François Pinault. Le portrait de Kitty Epstein, Girl in a White Dress (Jeune fille à la robe blanche), par Lucian Freud, a permis de juger de l’état du marché. Acquis en juin 1989 par Morris et Patricia Orden pour 280 000 livres, il était estimé 200 000 à 250 000 livres. Il a été adjugé 330 000 livres (2,6 millions de francs) à Agnes Husslein, qui agissait pour le compte d’Heidi Charmat. La vacation a totalisé 6 623 000 livres (51,7 millions de francs), et 47 des 55 lots mis en vente ont trouvé acquéreur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°28 du 1 septembre 1996, avec le titre suivant : Razzia sur le moderne et le contemporain

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque