Samedi 17 novembre 2018

Punu, Baoulé et Dogon

Grande vente d’art primitif le 28 mai à Paris

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 12 mai 2000 - 594 mots

Événement très attendu des collectionneurs, la vente d’art primitif organisée chaque printemps par François de Ricqlès avec le concours d’Alain de Monbrison proposera cette année, le 28 mai à Drouot Montaigne, près de 300 lots, dont une majorité d’objets africains, quelque soixante-dix pièces océaniennes et une cinquantaine précolombiennes. En vedette, deux superbes masques Punu et un masque Baoulé à patine noire brillante.

PARIS - “C’est un des chefs-d’œuvre de l’art Punu. Il a été collecté en 1910 par le colonel Marie-René Collignon et n’a pas quitté cette collection depuis”, explique Alain de Monbrison. Cette pièce, haute de 35 cm, représentation idéalisée d’un visage féminin, face ovale régulière, yeux en forme de grains de café incisés d’une fente arquée, coiffée d’une coque centrale flanquée de deux petites tresses, est empreinte d’harmonie et de sérénité (450-600 000 francs). Un second masque Punu, estimé 400-600 000 francs, sera mis en vente. Ces pièces du Gabon se sont fortement enchéries depuis quinze à vingt ans. Les plus belles se négociaient autour de 200 000 francs au début des années quatre-vingt. Le 7 juin 1998, un masque Punu de la collection Solvit, montrant un visage inscrit dans un cœur, avait été adjugé 490 000 francs à Drouot Montaigne par Me de Ricqlès.

Un masque Baoulé provenant de la collection Legrand, représentant un visage d’homme pensif étiré en forme de cœur, constitue une autre pièce majeure. Les scarifications apparaissent sous la forme de clous de tapissier placés au niveau des tempes, du front et de la commissure des lèvres. Cette pièce exceptionnelle a fait la “une” de la revue Arts d’Afrique noire durant l’hiver 1991 (600 000 francs). On remarquera aussi une statue Mossi de style Yatenga du Burkina Faso (450-600 000 francs). Cette sculpture, figurant un personnage féminin debout, au corps tubulaire et fin ponctué d’un ombilic saillant et à la poitrine développée, appartenait à la collection Barbier-Muller. Le Mali avec un masque Dogon en bois dur (50-80 000 francs), l’Angola avec un siège Lwena à patine brun foncé (150-200 000 francs), le Nigeria avec une statue Mumuye en bois dur au long cou épannelé (100-150 000 francs) complètent la partie art africain de cette vacation, qui comprend aussi une cinquantaine de pièces d’art océanien.

Graines et plumes de casoar
Parmi elles, un crâne d’ancêtre Asmat de Nouvelle-Guinée (région de la Cook River) enrichi d’un parement de nez en bambou et d’un bandeau frontal constitué de graines et de plumes de casoar (30-35 000 francs), et un club Maori Patu Patu en néphrite de Nouvelle-Zélande, de forme spatulée, orné sur son pommeau de deux petits anneaux. “Cette massue d’une importante symbolique sociale, transmise de père en fils, était en général l’apanage des chefs”, remarque Alain de Monbrison. Les amateurs moins fortunés trouveront un grand nombre d’objets proposés entre 5 000 et 20 000 francs.

Se greffent sur cet ensemble quelques objets d’art indonésien et une cinquantaine de pièces d’art précolombien provenant en majorité de la côte ouest du Mexique. Par exemple, des sculptures villageoises Colima (100 avant J.-C.-250 après J.-C.), telles deux figures de représentations chamaniques (30 000 francs) et une terre cuite représentant un chien gras (25-30 000 francs). On remarquera aussi des vases funéraires Chavin du Pérou (800-600 avant J.-C.) et des vases Mochica entre 4 000 et 15 000 francs, sans oublier un dessin de Picasso, figurant au recto un Portrait au fusain d’André Salmon et au verso une Étude préparatoire pour les demoiselles d’Avignon datant de 1907 (1,5-2 millions de francs). Cette dernière est inspirée de reliquaires Kota que Picasso avait observés au Musée de l’homme.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°105 du 12 mai 2000, avec le titre suivant : Punu, Baoulé et Dogon

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque