Dimanche 19 septembre 2021

Ventes publiques

L’indicateur des ventes - Septembre 2021

Par Marie Potard · L'ŒIL

Le 24 août 2021 - 516 mots

Digital
Les ventes en ligne ont bondi au 1er semestre sur les plateformes Drouot Digital et Interenchères. Le nombre de ventes exclusivement en ligne a doublé (+ 102 %) sur la plateforme digitale du Groupe Drouot par rapport à la même période en 2019, avec un produit d’adjudication en hausse de 124 %. En tout, le groupe affiche un produit de ventes (physiques et online) de 200,5 millions d’euros. Quant à Interenchères, elle enregistre une croissance de 98 % par rapport au premier semestre 2020, totalisant 311 millions d’euros de produit adjugé sur le Live, dont 134 millions pour le secteur Art et objets de collection (+ 106 % par rapport au 1er semestre 2020).

4 
C’est par ce chiffre qu’il faut multiplier l’estimation d’une Annonciation du Quattrocento vénitien, peinte par Antonio Vivarini et Giovanni d’Alemagna, pour atteindre son adjudication, soit près de 900 000 euros.

Influence napoléonienne
À Venir - Du 15 au 22 septembre, Sotheby’s Paris orchestre une vente célébrant l’épopée napoléonienne, à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’Empereur. Intitulée « Les arts sous influence », la vacation offre un riche panorama d’œuvres, à travers trois siècles d’histoire de l’art, tous domaines confondus : de l’art du XIXe à l’art contemporain, en passant par la sculpture, le mobilier, la porcelaine, la joaillerie et la photographie, ainsi que des souvenirs de l’Empereur et de ses proches. Parmi les lots, un bicorne en feutre noir (est. 400 à 600 000 euros) ou bien Les Remords de l’ogre de Corse (1890) de James Ensor, sur la bataille de Waterloo (même estimation).

66 000 000 €
Vente Périnet - Le 23 juin, après presque trois heures de vacation, Christie’s Paris a engrangé 66 millions d’euros pour la collection Michel Périnet, en seulement 61 lots, soit un record pour une vente d’art africain et océanien. Sous le marteau de François de Ricqlès, la session a pulvérisé son estimation de départ (17 à 23 millions d’euros) avec de nombreux records à la clé. Un masque blanc des îles Mortlock, îles Carolines, a été adjugé 9,2 millions d’euros, un record pour une œuvre d’art océanien. Une tête Fang, de l’ancienne collection Maurice de Vlaminck, s’est vendue 7,7 millions d’euros, plus haut prix jamais atteint pour une œuvre du Gabon, tandis qu’un masque Luba est parti à 7,2 millions d’euros, là encore, un record pour un masque africain.

Pokémania
Pokémon - Au mois de juin dernier, pas moins de trois ventes aux enchères entièrement consacrées aux cartes Pokémon se sont déroulées. Le 10 juin, la maison Vermot & Associés a lancé la première vente du genre en France, récoltant 44 000 euros en 125 lots. Le 15 juin, Ivoire Troyes lui emboîtait le pas avec la vente de la collection Maxime L. comprenant également les fameuses cartes de jeu japonaises. L’emblématique Dracaufeu est même partie à 11 904 euros. Chez Millon, le 25 juin, dans le cadre des ventes « So Unique » (qui ne comportent qu’un lot), l’opérateur a cédé pour 55 640 euros un classeur complet des 102 cartes du set de base de la première édition française, un record en Europe. 

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°746 du 1 septembre 2021, avec le titre suivant : L’indicateur des ventes - Septembre 2021

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque