Mercredi 12 décembre 2018

New York

Le Pop Art stimule les ventes d’art contemporain

De bons prix ont été obtenus pour Chamberlain, Richter, Smith, Lichtenstein, Diebenkorn, Bacon et Warhol

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 1 juin 1995 - 950 mots

Des œuvres très connues sur le marché, mises aux enchères après avoir épuisé toutes les autres possibilités de vente, se trouvaient parmi les lots dispersés chez Sotheby’s et Christie’s, les 2 et 3 mai. Toutefois, des prix honnêtes, voire remarquables, ont été obtenus pour des œuvres d’art de qualité supérieure, et les deux maisons peuvent être satisfaites des résultats obtenus.

NEW YORK - Lors de la première partie des ventes, le soir du 2 mai, Sotheby’s a proposé quarante-six lots. Dix d’entre eux n’ont pas trouvé acquéreur, et la vente a totalisé 11,78 millions de dollars (59,5 millions de francs). Ces chiffres sont à rapprocher des 12,2 millions de dollars atteints au mois de novembre 1994 (avec un catalogue de soixante et onze lots) et aux 19,52 millions de dollars obtenus il y a un an, les bénéfices d’alors ayant été gonflés par l’achat de neuf lots mis en vente par les responsables de la succession de H. Gates Lloyd.

Le résultat aurait pu être beaucoup moins satisfaisant pour cette vacation, la plus inconsistante jamais organisée par Sotheby’s en dix ans. La peinture la mieux cotée, une composition abstraite sans titre de Willem De Kooning de 1961 (estimé 2 à 3 millions de dollars), n’a pas réussi à attirer un seul acheteur. En revanche, la soirée a vu s’établir deux nouveaux records.

Le collectionneur en vue de San Francisco, Donald Fisher, propriétaire de The Gap, enchérissant par téléphone malgré la présence de sa femme dans la salle, a acheté 330 000 dollars (1,66 million de francs) une magnifique sculpture de John Chamberlain, estimée 250 000 à 300 000 dollars.

Et le Domecke de Gerhard Richter a été vendu 600 000 dollars (3 millions de francs), également sur enchère téléphonique. La sculpture Three circles and planes de David Smith (estimation non publiée de 2 millions de dollars), vendue par les collectionneurs de San Francisco Hunter et Susan Land, a été emportée, toujours sur enchère téléphonique – par un marchand asiatique, selon Sotheby’s –, pour 1,8 million de dollars (9 millions de francs).

Les dix œuvres expressionnistes abstraites vendues par IBM, qui disperse sa collection d’art, représentaient près du quart des ventes. L’ensemble était sans grand intérêt, à l’exception de Untitled XVII 1977 (estimé 500 000 à 700 000 dollars) de Willem De Kooning, acquis par le collectionneur Ron Pizzuti, pour 650 000 dollars (3,28 millions de francs).

The Nurse, de Roy Lichtenstein (estimé à 1,5 à 2 millions de dollars), a été acheté sur enchère téléphonique pour 1,5 million de dollars (7,57 millions de francs). Girl Smoking, de Richard Diebenkorn (estimé 350 000 à 450 000 dollars), a été l’objet d’une compétition entre divers acheteurs, parmi lesquels la directrice de Knoedler, Ann Friedman, représentant la succession de l’artiste. Un acheteur au fond de la salle l’a finalement emporté pour 520 000 dollars (2,62 millions de francs).

Le Portrait of Henrietta Moraes, de Francis Bacon (estimé 1,2 à 1,8 million de dollars), a été acquis par un acheteur non identifié du premier rang pour 1,25 million de dollars (6,31 millions de francs), et une belle composition abstraite d’Agnes Martin (estimée 150 000 à 300 000 dollars) a été vendue à un collectionneur, qui pourrait être l’homme d’affaires français François Pinault, pour 390 000 dollars (près de 2 millions de francs). Le consultant en art Thea Westreich, qui opérait pour le compte de Thomas Lee, fondateur de la société de boissons non alcoolisées Snapple, a acheté 160 000 dollars (808 000 francs) un superbe dessin de Cy Twombly, estimé entre 120 000 et 180 000 dollars.

Le soir suivant, Christie’s a recueilli 10,34 millions de dollars (52,2 millions de francs) à partir d’un catalogue de cinquante-trois lots. Le lot n° 3 a été retiré de la vente, et huit d’entre eux n’ont pas trouvé d’acheteurs. Les mêmes enchères, il y a six et douze mois, avaient rapporté respectivement 14,5 millions de dollars et 11,29 millions de dollars.

I saw a movement, de Tom Wesselmann (estimé 120 000 à 180 000 dollars), et Eyes in the Heat II, de Jackson Pollock (estimé à 1,2 à 1,8 million de dollars), n’ont pas trouvé acquéreur. Mais Kiss II, de Lichtenstein, a été vendu 2,3 millions de dollars (11,6 millions de francs). Le seul duel a eu pour enjeu Nine Multicolored Marilyns (estimé 250 000 à 300 000 dollars), une des nombreuses séries des dernières années de la carrière d’Andy Warhol.

Deux acheteurs au téléphone ont fait monter les enchères à 530 000 dollars (2,67 millions de francs). Un prix extravagant comparé au Double Elvis, historiquement plus important (estimé 600 000-800 000 dollars) et parti sur enchère téléphonique à 450 000 dollars (2,27 millions de francs). Parmi les autres lots intéressants, un Portrait de M. et Mme Kirkman d’Howard Hodgkin (estimé 250 000 à 300 000 dollars) a été acquis 300 000 dollars (1,51 million de francs) par un acheteur non identifié.

Matthew Marks a payé 110 000 dollars (555 000 francs) pour un réservoir de Jeff Koons contenant trois ballons de basket (estimé 120 000-180 000 dollars). L’artiste, qui cherche des fonds pour payer son divorce d’avec la Cicciolina, a envoyé deux de ses œuvres, des copies de Two Kids (estimées 50 000 à 70 000 dollars), une sculpture d’acier inoxydable qui s’est vendue 45 000 dollars (227 000 francs) et un miroir, Little Girl, mis en vente chez Sotheby’s la veille (estimé 50 000 à 60 000 dollars), sans succès.

Mais des affaires plus importantes ont été réalisées en privé. Pendant la semaine des enchères, la rumeur courait qu’Eli Broad avait payé 1,4 million de dollars (7 millions de francs) à Jeff Koons pour ses propres copies de Rabbit et de Michael Jackson with Bubbles.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°15 du 1 juin 1995, avec le titre suivant : Le Pop Art stimule les ventes d’art contemporain

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque