Mercredi 21 février 2018

Le marché des antiquaires dans l’œil du cyclone

Par Marie Potard · L'ŒIL

Le 16 août 2016

La Biennale des antiquaires ouvre ses portes dans un contexte difficile : une affaire de faux meubles XVIIIe.

Depuis près de deux ans, l’OCBC (Office central de lutte contre le trafic de biens culturels), dirigé par le colonel Ludovic Ehrhart, mène une vaste enquête sur un commerce supposé de faux meubles XVIIIe. Après les investigations menées à l’encontre d’un grand antiquaire parisien, Jean Lupu, mis en garde à vue puis relâché en mars dernier dans une affaire parallèle, les enquêteurs ont procédé à d’autres interpellations. Le 7 juin, trois professionnels du marché de l’art – deux antiquaires de renom, fidèles exposants à la Biennale, et un restaurateur – étaient placés en garde à vue. Laurent Kraemer (galerie Kraemer) était entendu puis remis en liberté sous contrôle judiciaire tandis que Bill Pallot, expert au service de la galerie Aaron, était placé en détention provisoire.

Un trafic plus vaste ?
Ces arrestations feraient suite aux indications d’artisans d’ateliers de restauration parisiens qui les accuseraient d’avoir vendu de faux sièges XVIIIe notamment à un collectionneur privé, mais aussi au château de Versailles, montré du doigt pour n’avoir pas su déceler des faux, où une bergère de Madame Élisabeth serait entre autres sur la sellette. Le 9 juin, coup de théâtre : l’expert en mobilier XVIIIe siècle Bill Pallot aurait reconnu devant la juge d’instruction avoir fait fabriquer deux copies de la chaise conservée à Versailles provenant du pavillon du Belvédère au Petit Trianon, faisant partie d’un ensemble commandé par la reine Marie-Antoinette à François II Foliot et livré en 1781. Ces copies, vendues à un collectionneur étranger par la galerie Kraemer pour deux millions d’euros, ont depuis été remboursées.

La réaction du ministère de la Culture est tombée deux jours plus tard : « Plusieurs meubles acquis pour le château de Versailles entre 2008 et 2012 semblent concernés, pour un montant de 2,7 millions d’euros », annonce le communiqué. Audrey Azoulay, ministre de la Culture, « va lancer sans délai une inspection administrative relative aux processus d’acquisition des biens évoqués en l’espèce dans cette affaire, ainsi que, plus généralement, sur les procédures d’acquisition en faveur des collections nationales ».

Mais Bill Pallot aurait également révélé qu’un trafic beaucoup plus vaste, impliquant des restaurateurs et marchands parisiens, perdurerait depuis des années dans la capitale. Le monde de l’art tremble face à de nouvelles mises en examen qui pourraient intervenir à l’encontre d’autres marchands et professionnels du marché. Face à ce scandale, le SNA (Syndicat national des antiquaires), qui a évincé les deux galeries citées de la liste des exposants de la Biennale, s’est constitué partie civile. Recrédibiliser une profession et redonner confiance, tel sera l’un des grands chantiers à venir pour le syndicat et son président Dominique Chevalier. 

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°693 du 1 septembre 2016, avec le titre suivant : Le marché des antiquaires dans l’œil du cyclone

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque