Mercredi 26 février 2020

Art contemporain

L’abstraction joyeuse de Fiona Rae

Par Henri-François Debailleux · Le Journal des Arts

Le 13 février 2020 - 472 mots

À la Galerie Nathalie Obadia, un ensemble inédit de dessins et peintures témoigne de sa grande liberté dans la maîtrise d’un vocabulaire cultivé.

Paris. On avait laissé Fiona Rae il y a deux ans dans la première galerie de Nathalie Obadia, rue du Cloître-Saint-Merri (Paris-4e), avec des toiles aux fonds noirs. Pour cette sixième exposition depuis le début de leur collaboration il y a vingt-cinq ans, on la retrouve dans le second espace, rue du Bourg-Tibourg, avec une douzaine d’œuvres récentes aux fonds entièrement blancs. L’exposition révèle un second aspect inédit : dès l’entrée est accrochée une suite de cinq dessins, ce qui est une grande première pour l’artiste (née en 1963) qui, jusqu’alors, pratiquait rarement cette discipline et ne l’exposait pas. Il faut donc prendre le temps de regarder ses gouaches et aquarelles, d’une part parce qu’elles sont d’une grande subtilité, et d’autre part parce qu’elles sont riches d’indices quant aux toiles présentées plus loin. Des indices seulement, car il s’agit bien d’œuvres à part entière, porteuses d’instructions et d’indications. Elles annoncent en avant-première l’alphabet formel développé sur toile à une autre échelle, et aussi rappellent une méthode de travail entièrement fondée sur l’improvisation, qui interdit donc toute idée de travail préparatoire avant transcription sur toile. « Je n’avais jamais travaillé comme ça. Et il est évidemment impossible de reproduire des gestes spontanés dans un autre format », souligne l’artiste. Cette improvisation lui permet d’user d’une chorégraphie de signes, de les mettre en suspension et de faire danser dans l’espace des fonds blancs, ses plumes, virgules et volutes, ses flèches, ses mèches et ses marches, ses boucles, ses trames et ses tourbillons, ses coups de pinceaux en train de s’étirer, ses traces de brosse qui s’amuïssent dans la couleur. Tous ces éléments, qui semblent s’engendrer les uns les autres et se connecter entre eux, virevoltent avec une splendide légèreté. Ils témoignent d’un plaisir de peindre évident, d’une fête des couleurs et d’une grande fraîcheur qui donnent une abstraction joyeuse et d’autant plus jubilatoire que l’artiste revendique ses allusions à l’histoire de la peinture et s’en amuse. Fiona Rae arrive ainsi à conjuguer Kandinsky (le point, la ligne, le plan) et Takashi Murakami (les couleurs acidulées), Miró (l’apesanteur) et De Kooning (le trait), le pop art et la calligraphie. Elle a cette science et cette intuition de faire passer ses pinceaux là où il faut. Bref, elle démontre une parfaite justesse.

Les prix, de 10 000 euros pour une aquarelle à 115 000 euros pour la plus grande toile, ne sont pas excessifs pour une artiste importante, reconnue sur la scène internationale, qui a fait partie du groupe des Young British Artists (avec Damien Hirst notamment) et qui, depuis sa première monographie au Carré d’art à Nîmes, fin 2002-début 2003, s’est vu consacrer d’importantes expositions personnelles dans de nombreuses institutions prestigieuses du monde entier.

Fiona Rae, Abstracts,
jusqu’au 7 mars, Galerie Nathalie Obadia, 18, rue du Bourg-Tibourg, 75004 Paris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°539 du 14 février 2020, avec le titre suivant : L’abstraction joyeuse de Fiona Rae

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque