Focus : porcelaine chinoise - Vase impérial époque Yongzheng (1723 - 1735)

Vente le 14 décembre à Drouot, à Paris- SVV Piasa

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 1 décembre 2010 - 484 mots

Un vase impérial chinois d’une rarissime forme balustre à trois anses, en porcelaine blanche décorée en bleu d’époque Qianlong (1736-1795), portant la marque de Qianlong à six caractères en zhuanshu a créé la surprise à Drouot (SVV Delvaux), le 14 avril dernier.

Découvert au hasard d’une succession et estimé avec prudence 20 000 euros, il a été emporté par un Chinois pour 2,1 millions d’euros, la meilleure enchère de l’année à ce jour à Drouot.

Le 14 décembre à Drouot, chez Piasa, un vase chinois plus rare, d’époque et de marque Yongzheng (1723-1735), devrait s’envoler pour l’Asie à un prix supérieur. Pour le marché chinois, cette prestigieuse pièce impériale, au décor d’une très belle qualité, appartient à la période la plus recherchée. Ce vase est très raisonnablement estimé 1 million d’euros. Ignorant sa valeur, son ancien propriétaire l’avait montée en pied de lampe dans un château. À la fortune d’un inventaire, ce vase d’une grande qualité, de forme tianqiuping (signifiant sphère céleste), en porcelaine décorée avec raffinement d’émaux polychromes de la famille rose, de branches de pivoines fleuries de couleur rose, jaune et rouge et délicatement entourées de leur feuillage, a été mis à jour. Nonobstant un léger dommage à l’émail au niveau du col causé par son réemploi en luminaire (mais qui ne devrait pas avoir d’incidence sur son prix), ce vase se présente en bon état. « Sa forme invoque la forme du globe céleste, équivalent du ciel dont l’empereur est le fils. Cette forme existe depuis le début du XVe siècle, relève l’expert Thierry Portier. Son décor est composé de pivoines, la reine des fleurs en Chine. Les pivoines sont également des symboles d’officiers de premier rang. Cette fleur est souvent associée à la royauté car elle a été cultivée dans les jardins des dynasties Sui et Tang, entre autres de l’empereur Yangdi [605-618]. » 

Rarissime 
On connaît très peu de modèles de vase avec un décor comparable. Signalons un vase tianqiuping comportant une pivoine sur le col, provenant de la collection du Dr Tamisuke Yokogawa et conservé au Tokyo National Museum. Côté marché, la dernière pièce similaire passée en vente publique remonte au 10 avril 2006, à Hong Kong chez Sotheby’s. Un vase tianqiuping de même taille, d’époque et de marque Yongzheng, au décor extrêmement raffiné d’émaux de la famille rose, était parti bien au-dessus de son estimation haute, pour 11,3 millions de dollars de Hong Kong (1,2 million d’euros). Pour Philippe Delalande, expert en art d’Asie chez Sotheby’s, « le marché a changé tellement que ce prix devrait être largement dépassé aujourd’hui ».

Vase impérial chinois

Forme : tianqiuping (sphère céleste)
Date : époque Yongzheng (1723-1735)
Technique : porcelaine décorée d’émaux polychromes de la famille rose
Provenance : marque impériale de Yongzheng en kaishu à six caractères en bleu sous couverte, au revers de la base
Hauteur : 51 cm
Expert : Thierry Portier
Estimation : 1 à 1,5 million d’euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°336 du 3 décembre 2010, avec le titre suivant : Focus : porcelaine chinoise - Vase impérial époque Yongzheng (1723 - 1735)

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque