Dimanche 20 septembre 2020

Foire

Fiac 2017, de l’excellence française

Par Stéphane Renault · Le Journal des Arts

Le 5 octobre 2017 - 256 mots

À l’heure où la presse voit dans la geste présidentielle des raisons de croire en la grandeur hexagonale retrouvée, il est temps de prendre conscience de nos atouts. En matière de culture, par exemple.

Paris, qui fut longtemps la capitale des arts, a retrouvé son lustre. À ses grands musées, la Ville lumière a ajouté de nouveaux lieux d’exposition et de création, des fondations privées, des galeries d’art rivalisant avec leurs consœurs étrangères. Preuve de ce dynamisme, la Foire internationale d’art contemporain (Fiac) est aujourd’hui considérée comme l’une des meilleures. Pour cette 44e édition, le Grand Palais accueille 192 galeries issues de 29 pays, spécialisées en art moderne, contemporain et design. Programmation muséale, offre culturelle publique et privée, grandes ventes, la capitale redouble d’efforts pour séduire les milliers de collectionneurs qui font le déplacement. En 2016, la Fiac a comptabilisé quelque 70 000 visiteurs. Sans doute fallait-il l’optimisme de Jennifer Flay, sa directrice, Néo-Zélandaise d’origine et Française de cœur, pour croire en nos qualités, penser plus international. Un pays n’est jamais meilleur que lorsqu’il est ouvert sur le monde, animé par le désir de partager ce qui fait sa fierté. Le succès de la Fiac tient aussi à la rencontre entre l’art et un art de vivre que le monde entier nous envie. Luxe, mode, gastronomie. Une certaine idée de l’excellence française. Une exception aussi. À terme, la foire parisienne devra-t-elle à son tour essaimer ? Et comme Frieze et Art Basel, devenir une marque mondialisée. Au risque, peut-être, d’y perdre un peu de son âme.

Les articles du dossier spécial Fiac 2017

 

  • - Fiac 2017, de l’excellence française
  • - La Fiac ouvre dans un climat optimiste
  • - Fiac 2017, une foire à l’étroit
  • - Les foires européennes sont plus cosmopolites et moins diversifiées
  • - Fiac 2017, une édition entre valeurs sûres et redécouvertes
  • - Fiac 2017, les enseignes françaises jouent à domicile
  • - Fiac 2017, la création émergente monte au créneau
  • - Fiac 2017, un timide retour du design
  • - Les finalistes du Prix Marcel Duchamp 2017
  • - Fiac 2017, un Petit Palais en grand
  • - Fiac 2017, de nouveaux horizons pas si lointains
  • - Art Élysées joue sur tous les tableaux
  • - Paris Internationale, la foire nouvelle génération
  • - Des foires « Off » dépaysantes
  • - Le calendrier des ventes fait la foire
  • - Sotheby’s courtise les artistes

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°486 du 6 octobre 2017, avec le titre suivant : Fiac 2017, de l’excellence française

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque