Vendredi 10 juillet 2020

Antiquaire

EBay a la cote auprès des marchands

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 5 mai 2020 - 928 mots

80 % des ventes d’objets d’arts sur la plateforme sont réalisés par des vendeurs professionnels. Un phénomène qui ne va certainement pas être ralenti par le confinement.

La catégorie Art et antiquités compte actuellement près de 5 millions d'annonces. © eBay
La catégorie « Art et antiquités » compte en mai 2020 près de 5 millions d'annonces.
© eBay

Internet. C’est un secret de polichinelle. De nombreux marchands ayant ou non pignon sur rue, recourent depuis longtemps à la plateforme en ligne eBay, essentiellement pour vendre, mais parfois aussi pour acheter. En ces temps de crise sanitaire et de confinement – boutiques fermées et salons de printemps annulés –, c’est tout naturellement que leur activité s’est recentrée sur Internet, que ce soit sur leurs sites respectifs, les plateformes spécialisées (Anticstore, Proantic…), mais aussi sur eBay, le géant américain fondé en 1995, qui organise essentiellement des ventes immédiates, et parfois aux enchères. « Les gens sont étonnés que les marchands vendent sur eBay, mais c’est un fait », déclare l’un d’entre eux, installé dans une grande ville de province. « Il y en a même qui vendent plusieurs objets par semaine », confirme un autre, à Paris.

Certains professionnels mettent en vente jusqu’à 5 000 objets sur le site. « Dans la catégorie Art et antiquités, il y a actuellement plus de 4,9 millions d’annonces en ligne sur eBay », indique Sarah Tayeb, responsable du pôle vendeur chez eBay France. « En 2019, dans cette catégorie, plus de 52 000 ventes par mois ont été effectuées sur le site, soit une toutes les minutes et, pour le moment, nous n’avons pas constaté de baisse des ventes », précise-t-elle.

Sur la plateforme, la rubrique Art et antiquités comporte plusieurs sous-catégories, proposant des meubles, sièges, cadres, objets de décoration, tapis, etc., de toutes époques et de tous les styles, mais aussi du design ou encore des livres anciens. Les objets les plus prisés ? Selon un rapport produit par la plateforme en ligne intitulé « Que collectionnent les français en 2020 ? », ce sont les peintures, les estampes et les sculptures du XXe et XXIe siècles qui viennent en tête, suivies des luminaires et des horloges.

Les prix vont de quelques euros à plusieurs centaines de milliers d’euros, en passant par un cache-pot en barbotine, de Delphin Massier, vers 1900, proposé à 3 000 euros ou un bureau estampillé Jean-François Hache, affiché à 100 000 euros. Récemment, un œuf de Fabergé, par Henrik Wigström (Russie), en argent, or et diamants s’est vendu 89 900 euros.

Les vendeurs professionnels font des affaires sur eBay

Qui vend ? Tous types de professionnels de l’antiquité, brocanteurs, marchands – excepté les grands noms, jusqu’à maintenant. « Même les antiquaires connus vendent sur eBay, mais ils ne l’avoueront jamais ! Par exemple, un marchand récupère une collection de soldats de plomb dans une succession. Il ne sait pas quoi en faire, mais souhaite tout de même gagner de l’argent dessus, alors il la vend sur eBay. C’est tout l’intérêt d’eBay ! Même l’invendable se vend », raconte un marchand du Carré Rive Gauche (Paris). « Nous comptabilisons actuellement 8 000 vendeurs professionnels dans la catégorie Art et antiquités, et ce chiffre grossit d’année en année. 80 % du volume d’affaires sont générés par les vendeurs professionnels », précise Sarah Tayeb. Selon la législation, tous les vendeurs dont le montant des ventes dépasse 2 000 euros mensuels pendant trois mois consécutifs sont tenus de s’inscrire sur le site en tant que professionnels, ce qui les oblige à créer une entreprise et à justifier leur statut en produisant des documents officiels (inscription au registre du commerce, extrait de Kbis…). Ceux qui ne respectent pas ces obligations ont leur compte bloqué.

Cyril Gaillard, spécialisé en autographes, manuscrits, dessins modernes et bandes dessinées (Galerie Manuscripta, Lyon), exerce en bureau et reçoit sur rendez-vous : « 60 % de mon activité se concentrent sur Internet. J’ai un site et pour le reste, cela se passe sur des plateformes spécialisées, comme AbeBooks, Plazzart, Auction, mais aussi eBay. Des gens très célèbres m’ont acheté sur eBay et beaucoup de confrères se servent de ce site, toutes spécialités confondues. Il est incontournable car il draine le monde entier », commente-t-il. En effet, ce qui fait l’intérêt du géant américain est sa présence dans tous les pays. « Une vente sur cinq se fait entre un acheteur et un vendeur de deux pays différents. Cela représente un énorme intérêt pour le vendeur qui va pouvoir vendre en France comme à l’étranger », indique Céline Saada-Benaben, directrice générale d’eBay France. « 97 % des vendeurs français exportent », ajoute Sarah Tayeb.

Gare aux faux

Les acheteurs sont en très grande majorité (90 %) des particuliers, les autres 10 % étant des professionnels de l’antiquité, lesquels trouvent de la marchandise de manière très marginale sur la plateforme. « Si eBay est incontournable, le revers de la médaille est qu’il y a énormément de faux, d’où la nécessité d’apporter des garanties d’authenticité en tant que professionnel », témoigne Cyril Gaillard. « En ce qui me concerne, j’achète essentiellement sur Internet, sur Interencheres, Invaluable, mais aussi sur eBay. J’y fais beaucoup d’affaires. J’ai même pu me lancer, grâce à cette plateforme, en achetant une tasse 500 euros que j’ai ensuite revendue 35 000 euros. Il suffisait simplement d’aller aux archives de Sèvres et constater que cette tasse avait été faite pour l’empereur », rapporte le marchand Maxime Charron.

Sans surprise, la majorité des professionnels consultés n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, ou en gardant l’anonymat. « Le fait qu’il y ait des pseudos, c’est très révélateur : certaines personnes n’ont pas envie d’être identifiées et leurs clients n’ont pas forcément envie de savoir qu’ils vendent aussi sur eBay ! », lance un marchand parisien. « eBay souffre encore d’une image négative, mais je pense surtout que l’antiquaire est prétentieux et que, pour lui, être sur eBay est dévalorisant », conclut un confrère sans concession.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°544 du 24 avril 2020, avec le titre suivant : EBay a la cote auprès des marchands

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque