Ventes publiques

Deux squelettes de dinosaures vendus à plus de 1,4 million d'euros chacun à Paris

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 12 avril 2018 - 389 mots

PARIS

Un allosaurus aux "60 dents affutées" et un diplodocus "de 12 mètres du nez à la queue" ont été vendus mercredi pour plus de 1,4 million d'euros chacun, largement au-delà de leurs estimations, lors d'une vente aux enchères à Paris, a annoncé l'hôtel des ventes Drouot.

Squelette de dinausore : Kaatedokus Siberi, Diplodocus, Jurassique Supérieur, 3 m x 12 m, Vente du 11 avril 2018 - OVV Binoche et Giquello
Squelette de dinausore : Kaatedokus Siberi, Diplodocus, Jurassique Supérieur, 3 m x 12 m, Vente du 11 avril 2018 - OVV Binoche et Giquello

"L'allosaurus est parti à 1.407.700 euros et le diplodocus à 1.443.820 euros", a annoncé Drouot ajoutant que "c'est le même acheteur qui a acquis les deux dinosaures, un particulier étranger". Le diplodocus était présenté la tête tournée vers le côté, comme alerté par la présence d'un prédateur, "peut-être l'allosaurus", avait imaginé la maison Binoche et Giquello. "Pour le marché des dinosaures, ce sont des résultats exceptionnels", même s'il ne s'agit pas de records, a précise l'hôtel des ventes.

Squelette de dinausore : Allosaurus jimmadseni
Squelette de dinausore : Allosaurus jimmadseni, complet à 60 %, longueur approximative du nez à la queue 3,80 m, époque Jurassique Supérieur (161-145 millions d'années) - Vente du 11 avril 2018 - OVV Binoche et Giquello

Le fossile de l'allosaurus, un carnivore qui a vécu il y a environ 150 millions d'années, était estimé entre 550.000 et 650.000 euros. Complet à 60 %, selon la maison Binoche et Giquello, le jeune animal mesure près de 3,8 mètres de long et vivait dans ce qui est actuellement l'Amérique du Nord et l'Europe. Son compagnon de vente, un diplodocus "de 12 mètres du nez à la queue", vivait environ à la même période dans la zone ouest de l'Amérique du Nord. Il était estimé entre 450.000 et 500.000 euros.

"Les deux ont été adjugés en ligne sur Drouot Digital", précise Drouot. "Cela révèle l'intérêt d'une nouvelle génération d'amateurs, tant envers l'ère Jurassique que les outils du XXIe siècle", a estimé Iacopo Briano, paléontologue expert de la vente. "Le marché des fossiles n'est plus réservé aux scientifiques, les dinosaures sont devenus cools, branchés, de véritables objets de décoration, comme les tableaux", a expliqué à l'AFP Iacopo Briano.

Les critères de valeur pour un dinosaure sont multiples: la rareté du spécimen, le pourcentage d'os véritables, la beauté de son crâne, la qualité de ses os ... Habituellement, les carnivores se vendent plus chers que leurs congénères herbivores (même si le diplodocus adjugé aujourd'hui bat légèrement l'allosaurus). Les traces de combats ou de maladies incurables sont les bienvenues. Mais le marché des dinosaures reste petit et ne s'adresse pas à beaucoup de monde vu le prix et la taille des bêtes. Il ne s'en vend pas plus de cinq par an aux enchères dans le monde.

Cet article a été publié le 11 avril 2018 par l'AFP

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque