Disparition - Spécial Covid-19

Décès du galeriste américain Richard Feigen

Par Marion Pedram · lejournaldesarts.fr

Le 3 février 2021 - 243 mots

ÉTATS-UNIS

Le célèbre marchand d’art est mort du Covid à 90 ans.

Richard Feigen devant un tableau de Max Beckmann en 1999 à New York. © Doug Kanter/AFP
Richard Feigen devant un tableau de Max Beckmann en 1999 à New York.
© Doug Kanter / AFP

Né en 1930, Richard Feigen était une figure incontournable du monde de l’art. Collectionneur insatiable, il a pour l’art une réelle passion, qui commence dès son plus jeune âge : à 11 ans, il collectionne timbres, pièces de monnaies et livres rares. 

Grâce à son flair aiguisé, ce diplômé de Yale et Harvard était devenu rapidement un grand galeriste, propriétaire d’espaces à Londres, New York, Chicago et Los Angeles. Il a vendu aux plus prestigieux musées du monde et jouissait d’une réputation et d’une clientèle impressionnantes. Il était l’un des premiers à avoir soutenu Francis Bacon, Dubuffet, Claes Oldenburg et James Rosenquist.

C’est en 1957 qu’il ouvre à Chicago sa première galerie, où il expose de l’expressionnisme et du surréalisme allemand du XXe siècle. A New York en 1962, il inaugure un second espace où il présente cette fois des œuvres impressionnistes et modernes : on y trouve Monet, Picasso ou Brancusi. 

Il s’oriente plus tard vers les peintures de maîtres anciens, dont il devient très vite un spécialiste réputé. C’est notamment grâce à lui que dans les années 1980 un nouveau souffle est donné à ce marché. Au sein de sa collection, on retrouve des œuvres de Rembrandt, Poussin, Vasari…

Il publie ses mémoires en 2000 sous le titre Tales from the Art Crypt. Sur ses dernières années, il évoque avec regrets l’évolution actuelle du marché de l’art, devenu trop spéculatif selon lui.

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque