Mercredi 19 février 2020

Bilan 2015

Christie’s et Sotheby’s fléchissent

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 2 février 2016 - 485 mots

Les ventes des deux auctioneers baissent. La collection Taubman pénalise Sotheby’s.

L’année 2015 s’est moins bien terminée qu’elle n’avait commencé pour Christie’s Monde. Alors que la société de François Pinault annonçait une hausse de 8 % (en livres sterling) de ses ventes au cours du premier semestre, elle finit l’année avec une baisse de 5 %. Les grandes ventes de New York en novembre dernier ont été moins vigoureuses que prévu, notamment en art contemporain. C’est d’ailleurs dans cette discipline qui représente un bon tiers de ses ventes qu’elle enregistre l’une de ses deux plus fortes baisses : - 14 %. Sotheby’s qui est coté en bourse (ce que n’est pas Christie’s) et de ce fait doit communiquer des informations détaillées trimestrielles, a pré-annoncé des résultats plus contrastés. Alors que ses ventes aux enchères ont baissé d’environ 2,7 %, les ventes de gré à gré (sept fois moindres) ont, elles, augmenté de 7,7 %. Sur un périmètre comparable à Christie’s, la baisse est d’environ 2 %.

Christie’s et Sotheby’s pesant 42 % des ventes aux enchères, selon le rapport Tefaf, et la situation des opérateurs chinois ne devant pas être très flamboyante, il est fort probable que les ventes publiques mondiales aient baissé en 2015. On devrait en avoir la confirmation avec les rapports Arts Economics et Artprice à venir. Venant après une hausse de 9 % en 2014 selon Arts Economics, la baisse de 2015 n’est cependant pas alarmante. On est loin du krach de 2009, où les ventes avaient chuté de 45 % par rapport à 2007.

Zéro marge sur la vente Taubman
Une chose est certaine, les deux maisons de ventes anglo-saxonnes vont être beaucoup plus prudentes avec les garanties qu’elles accordent à leurs gros clients vendeurs. Tad Smith, le nouveau patron de Sotheby’s a ainsi révélé que sa compagnie avait perdu 6 millions de dollars en 2015 sur les lots garantis n’ayant pas atteint le prix fixé dans la méga vente Taubman. Une somme depuis ramenée à 3 millions de dollars après la vacation de tableaux anciens de l’ancien collectionneur et propriétaire de Sotheby’s (lire ci-contre). Tad Smith a également révélé qu’il avait dépensé 6 millions de dollars en marketing pour promouvoir la vente, de sorte que sa compagnie n’a rien gagné sur les 450 millions de dollars adjugés ! Le taux moyen de commission est ainsi passé de 14,70 % en 2014 à 14,24 % (hypothèse basse) en 2015. La concurrence effrénée entre grandes maisons de ventes aboutit à ce que les lots dont les records font les gros titres de la presse enrichissent considérablement les vendeurs sans que les opérateurs y trouvent leur compte. Mais qu’on se rassure, l’auctioneer américain a épargné des sommes importantes sur ses résultats dans les filiales étrangères. Il a décidé de rapatrier 381 millions de dollars aux États-Unis. Pour financer son développement ? Non pour racheter ses propres actions afin d’augmenter le cours de bourse.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°450 du 5 février 2016, avec le titre suivant : Christie’s et Sotheby’s fléchissent

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque