Vendredi 17 septembre 2021

Beaux prix pour l’art précolombien

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 29 mars 2012 - 159 mots

PARIS - Depuis deux ans, le marché de l’art précolombien reprend des couleurs, mais reste sélectif. Le 21 mars à Drouot, la SVV Binoche Giquello organisait une vente de prestige avec des pièces provenant de plusieurs collections des années 1960.

44 % des lots ont trouvé preneurs, au profit des objets phares, à commencer par une statue en terre cuite de culture totonaque (Mexique, 550-900 après J.- C.), présentant un chaman debout masqué d’un bec d’aigle harpie, parti à 287 500 euros. Un acrobate Tlatilco en céramique rouge de Mexico (1 150-550 avant J.- C.) a été adjugé 231 250 euros ; une massue-épieu péruvienne en bois avec des incrustations d’hématite, d’os, de cuivre et de coquillage, ornée de trois têtes de jaguar, de culture Mochica (531-665 après J.-C.) et un pectoral anthropomorphe Olmèque en serpentine vert clair tachetée de noir, de la région de Veracruz (Mexique, 1150-550 avant J.- C.) ont été emportés à 200 000 euros chacun.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°366 du 30 mars 2012, avec le titre suivant : Beaux prix pour l’art précolombien

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque