Jeudi 24 septembre 2020

Ventes publiques

Baisse des ventes de pur-sang à Deauville

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 17 août 2016 - 399 mots

DEAUVILLE

DEAUVILLE (CALVADOS) [16.08.06] - Les plus prestigieuses ventes aux enchères de yearlings (pur-sang de 18 mois) en France, les ventes d'août de Deauville, ont vu leur chiffre d'affaires baisser de 4,8% par rapport à celles de 2015, selon ses organisateurs.

Le chiffre d'affaires de 39,9 millions d'euros enregistré sur les trois jours que durent ces ventes de futurs galopeurs, "n'est devancé que par l'édition record de l'an passé. Cette consolidation du marché est un réel motif de satisfaction", a toutefois déclaré Eric Hoyeau le président d'Arqana, l'agence qui organise ces ventes depuis 2006.

L'an passé, Arqana avait affiché pour ces ventes un chiffre d'affaires record de 42 millions d'euros, en hausse de 9% par rapport à 2014.

M. Hoyeau a reconnu qu'"il n'y a pas eu le feu d'artifice de l'an dernier, où plusieurs chevaux avaient été vendus plus d'un million".

Le prix le plus élevé ("top price") de cette édition 2016 a été atteint lundi avec une fille de l'étalon star Galileo, vendue par le haras normand des Monceaux 1,4 million d'euros à un groupement d'investisseurs irlandais (P and R Doyle et MV Magnier) et sud-africains (Mayfair speculators), à l'issue d'une "bataille" avec les Américains Barry Weisbord et James Delahooke, selon Arqana.

Lors de l'édition 2015, un pur-sang avait été vendu 2,6 millions d'euros, record historique à Deauville.

Deuxième agence de vente de yearling après Tattersalls en Angleterre, Arqana s'est également félicitée du prix moyen des chevaux à 155.879 euros, "le deuxième meilleur prix moyen" derrière celui de 2015 (163.292 euros), a précisé à l'AFP Alix Choppin, directrice de la communication d'Arqana.

264 des 339 chevaux présentés ont trouvé preneurs, soit 78%, un pourcentage supérieur à celui de 2015, selon Arqana.

Le marché est resté très international. Plusieurs nouveaux acheteurs, sont intervenus: des Japonais, des Américains, des Qataris, des Australiens, a ajouté Mme Choppin.

"Onze acheteurs différents ont dépensé plus d'un million d'euros", a-t-elle aussi souligné.

En tête des acheteurs, on trouve Shadwell France, société du cheikh Hamdan bin Rashid Al Maktoum, frère de l'émir de Dubaï, qui a acheté huit chevaux pour 2,97 millions d'euros. Elle a notamment acquis un fils de Frankel à 850.000 euros.

Côté vendeurs, le haras des Monceaux reste, depuis 2012, en tête de ces ventes, avec cette fois 29 chevaux vendus pour 10,4 millions d'euros, devant le haras des Capucines, basé dans l'Orne, qui a acquis 24 chevaux pour 3,1 millions d'euros.

Légende photo

Yearlings (pur-sang de 18 mois) © Photo Heather Moreton - 2012 - Licence CC BY-SA 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque