Samedi 28 novembre 2020

Photographie

Avedon cartonne

Les ventes parisiennes de photographie, dominées par Christie’s et Sotheby’s, ont cumulé les records

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 1 décembre 2010 - 785 mots

PARIS - Cristallisées autour de l’attractif salon Paris Photo (lire p. 26), les ventes de photographies ont battu leur plein cet automne à Paris, avec un public international venu très nombreux pour voir et enchérir.

Plus de mille tirages se sont vendus en sept vacations, pour un montant total de 10,4 millions d’euros. Christie’s rafle à elle seule plus de la moitié de cette somme avec 65 tirages de Richard Avedon provenant de la Fondation Richard Avedon, adjugés en totalité pour 5,4 millions d’euros. La maison de ventes enregistre au passage le record pour une vente de photographies en France. Estimée 400 000 à 600 000 euros, l’œuvre phare de la vacation, un monumental (216 x 166 cm) et unique tirage d’exposition de Dovima avec les éléphants, robe du soir Dior, Cirque d’hiver, Paris, août 1955, réalisé en 1978 pour l’exposition rétrospective d’Avedon sur la mode au Metropolitan Museum of Art de New York, s’est envolé pour 841 000 euros, soit un prix record pour le photographe et pour une photo aux enchères en France. La photo a été acquise par la maison de couture Christian Dior. Un collectionneur européen est monté jusqu’à 445 000 euros pour décrocher une série de quatre tirages pop art des Beatles réalisée en 1967 et tirée en 1990, la seconde plus haute enchère pour l’artiste. Les photos ont été disputées par « 57 % d’Européens et 42 % d’Américains », selon la maison de ventes. 

Public international 
Sotheby’s a comptabilisé 1 500 visiteurs durant l’exposition qui a précédé une vente record parisienne pour l’auctioneer dans cette spécialité, avec 2,7 millions d’euros de recette. En vedette, deux études de nature morte par le Tchèque Josef Sudek, tirages pigmentaires vintages de 1952, ont été emportées pour treize fois leur estimation haute, à 300 750 euros (record pour l’artiste) et 228 750 euros. À la troisième place, sur une enchère de 228 750 euros, Portrait de l’éternel, Mexico (1935) de Manuel Alvarez Bravo a établi un record mondial pour l’artiste. Un tirage albuminé d’Eugène Atget d’une incroyable fraîcheur, montrant Notre-Dame (1923), est parti à 168 750 euros. Des œuvres majeures d’Edward Weston, réalisées pendant son séjour au Mexique dans les années 1920, ont suscité l’intérêt des collectionneurs, à hauteur de 60 750 euros pour Tres Ollas (1926).

À Drouot, les résultats ont été inégaux. La meilleure prestation revient à la SVV Binoche et Giquello qui a vendu 79 % des lots de son catalogue pour un million d’euros. La plus haute enchère revient à un album de St Petersbourg (vers 1870) par Alfred Lorens, adjugé 76 260 euros. La déception vient de Piasa qui a totalisé 180 000 euros (la moitié de son chiffre d’affaires prévisionnel) en vendant 40 % des lots d’une vente très modeste culminant à 9 180 euros pour une chronophotographie de la course d’un cheval par Étienne-Jules Marey. Signalons The photojournalist (Dennis Stock), New York (1955) d’Andreas Feininger et La Mariée abelam au masque d’initiation baba, East Sepik, Papouasie-Nouvelle-Guinée, autoportrait (2005) de Kimiko Yoshida, respectivement vendus 18 600 et 15 500 euros (SVV Le Mouël) ainsi qu’un album de voyage de 200 tirages albuminés d’Émile Gzell sur l’Indochine, le Siam, l’Indonésie, le Japon et l’Égypte (vers 1865-1870), parti à 46 600 euros (SVV Millon). Dans la vente Ader-Kapandji Morhange, un album du XIXe, comprenant 49 photographies japonaises colorisées à l’aquarelle, a été emporté pour 43 400 euros, devant Fernand Léger. Le ballet mécanique (1924), photogramme de Man Ray adjugé 33 500 euros. En outre, le commissaire-priseur de la vente a eu la surprise de voir s’envoler, au prix inouï de 14 900 euros, une photo de François-Marie Banier estimée 500 euros, illustrant Silvana Mangano. Paris (1975).

SVV LE MOUËL, 9 NOVEMBRE
Estimation : 350 000 euros
Résultats : 310 000 euros
Nombre de lots vendus/invendus : 147/104
Pourcentage de lots vendus : 58,5 %

SVV BINOCHE ET GIQUELLO, 18 NOVEMBRE
Estimation : 700 000 euros
Résultats : 1 million d’euros
Nombre de lots vendus/invendus : 196/53
Pourcentage de lots vendus : 79 %

SVV MILLON & ASSOCIES, 18 NOVEMBRE
Estimation : 300 000 euros
Résultats : 340 000 euros
Nombre de lots vendus/invendus : 160/129
Pourcentage de lots vendus : 55 %

SVV PIASA, 19 NOVEMBRE
Estimation : 350 000 euros
Résultats : 180 000 euros
Nombre de lots vendus/invendus : 131/200
Pourcentage de lots vendus : 40 %

SOTHEBY’S, 19 NOVEMBRE
Estimation : 2 à 3 millions d’euros
Résultats : 2,7 millions d’euros
Nombre de lots vendus/invendus : 101/50
Pourcentage de lots vendus : 67 %

CHRISTIE’S, 20 NOVEMBRE
Estimation : 3 à 5 millions d’euros
Résultats : 5,4 millions d’euros
Nombre de lots vendus/invendus : 65/0
Pourcentage de lots vendus : 100 %

SVV ADER et SVV KAPANDJI MORHANGE, 21 NOVEMBRE
Estimation : 330 000 euros
Résultats : 410 000 euros
Nombre de lots vendus/invendus : 205/124
Pourcentage de lots vendus : 62 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°336 du 3 décembre 2010, avec le titre suivant : Avedon cartonne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque