GALERIES

Antiquaires en fête

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 23 mai 2019 - 457 mots

Les galeries, antiquaires et libraires du quartier Matignon et de la rive gauche ouvrent leurs portes pour leur traditionnelle manifestation printanière.
Paris. La Nocturne Rive Droite, le Carré Rive Gauche et le dernier né, le Printemps asiatique créé l’an passé – Art Saint-Germain-des-Prés a disparu – se sont donné le mot pour organiser leurs manifestations la deuxième semaine du mois de juin. Une bonne idée pour faire venir le public dans les galeries installées dans les quartiers d’antiquaires de la capitale, souvent désertées au profit des foires d’art et d’antiquités dont la force de frappe va grandissante ces dernières années.

Première à ouvrir le bal, la Nocturne Rive Droite se tient le mercredi 5 juin avenue Matignon et dans les rues adjacentes, avec pour thème fédérateur : « Nature(s) ». En tout, 39 participants contre 54 l’an passé ont répondu présents. Si Jacques Bailly ou Christie’s n’ont pas pris part à l’événement, en revanche, Jacques Lacoste – installé dans l’ancien espace de la galerie Makassar –- ou encore le Violon d’Ingres y participent pour la première fois. Et même si le quartier recense davantage de galeries d’art moderne et contemporain (Applicat-Prazan, Hopkins, Malingue), le visiteur peut aussi pénétrer dans plusieurs librairies (Lardanchet, Auguste Blaizot…) ou chez des marchands spécialisés en art ancien (François Léage, Tobogan) ou en peinture ancienne (Talabardon & Gautier, Florence de Voldère…).

De l’autre côté de la Seine et fidèle au poste depuis quarante et un ans, le Carré Rive Gauche prend le relais le lendemain 6 juin pour une semaine et demie d’exposition. Une centaine de galeries se sont ralliées à la manifestation dont le thème cette année est consacré aux voyages. Ainsi, Gabrielle Larroche propose un tour au Portugal avec un cabinet en écaille rouge, un travail hispanique du XVIIe, quand Michel Vandermeersch fait découvrir des vues hors d’Europe grâce à onze assiettes en porcelaine de Sèvres, provenant du duc d’Angoulême et livrées en 1821. Globe (galerie Delalande), canne de voyage (galerie Jantzen) ou encore malle (Laurent Oïffer Bomsel) sont également à découvrir.

Le Printemps asiatique, nouveau venu, se tient dans les rues de Saint-Germain-des-Prés du 6 au 17 juin et est exclusivement dévolu aux arts d’Asie. Fort du succès de sa première édition lancée l’an passé, il intègre cette année davantage de participants, soit 45 contre 38 en 2018, dont des maisons de ventes et institutions. Pour l’occasion, plusieurs galeries ont concocté une exposition thématique, à l’instar du marchand Éric Pouillot, centrée sur le Cheval en Chine ; de la galerie Arts du Japon, intitulée « Autour des Sept Samouraïs », comprenant des armures, masques, casques, arcs, netsukés… ou bien encore chez Jacques Barrère, avec une exposition intitulée « Les visages de Bouddha », en écho à l’exposition sur les bouddhas qui se tient au Musée Guimet (19 juin-7 octobre).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°524 du 24 mai 2019, avec le titre suivant : Antiquaires en fête

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque