Vendredi 27 novembre 2020

L’Institut d’Art Contemporain de Miami a reçu l’accord de la ville pour la construction de son jardin de sculptures

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 11 juin 2015 - 536 mots

MIAMI (ETATS-UNIS) [11.06.15] – La ville a accordé à l'Institut d’Art Contemporain de Miami le droit de démolir trois maisons de ce quartier historique pour créer un jardin de sculptures.

Alors que le nouveau bâtiment de l'Institut d’Art Contemporain de Miami (ICA) se prépare à sortir de terre dans le Design District, la ville a accordé au musée la démolition de trois maisons pour créer un jardin de sculptures de 15 000 m². « ICA Miami est une ressource culturelle importante à Miami, fournissant au public un forum gratuit et ouvert pour s’engager avec l'art de notre temps », a déclaré son directeur adjoint et conservateur en chef, Alex Gartenfeld, à Artnet news.

Le MOCA (Museum of Contemporary Art) de North Miami qui avait déménagé en août 2014 dans le Design District et avait changé de nom devenant l’ICA, a d’abord ouvert ses portes dans le Moore Building, prêté temporairement par le promoteur Craig Robins, et avait annoncé la construction d’un nouveau bâtiment réalisé par l’agence espagnole Aranguren & Gallegos Arquitectos, également situé dans le Design District. Le nouveau musée s’étendra sur 37 500 m2 et comprendra des salles d’expositions et un jardin de 15 000 m2. Les travaux doivent normalement commencer pendant l’été 2015 et devraient être terminés pour l’édition 2016 d’Art Basel Miami Beach.

Le futur site du musée comprend deux lots commerciaux vides et une maison privée donnés à l'institution par Miami Design District Associates, un partenariat entre le promoteur Craig Robins's Dacra et L Real Estate (un fonds d'investissement privé parrainé par le groupe LVMH), ainsi que deux propriétés résidentielles achetées par le musée pour 1,6 million de dollars grâce à Irma Braman, co-présidente du conseil d'administration du musée, et son mari, Norman Braman, qui financent le projet de construction. Ces structures doivent être détruites pour faire place au futur musée. Bien que le site de construction prévu fasse partie du quartier historique, les trois maisons ont été considérées comme des structures d’intérêt secondaire par le conseil de préservation historique et environnementale de Miami lors de la procédure.

Ce plan a été assez controversé parmi les propriétaires de l'Association du Quartier historique Buena Vista Est, et a été initialement rejeté par le conseil de conservation de Miami. Depuis cette première réunion, le président de Buena Vista Est Jerome Schiller et l’ICA sont entrés en discussion pour résoudre le problème. « Nous sommes passés de totalement contre à être pour ce projet. Nous comprenons que ce sera une institution civique », a-t-t-il déclaré à The Real Deal. Les deux parties seraient parvenues à un accord destiné à protéger le caractère du quartier historique et à minimiser l’impact sur les résidents. Dans un second vote, un membre du conseil d'administration, David Freedman, a décidé de donner son approbation au projet, à condition que le musée n’utilise un certain accès seulement pour les urgences. Les avocats de l'ICA ont expliqué que l'institut, qui a besoin d'utiliser cet accès pour faire rentrer dans le musée les œuvres surdimensionnées, comptait faire appel de cette restriction.

Malgré cette décision, certains propriétaires et un membre du conseil de préservation, William E. Hopper Jr, continuent à s’opposer au projet, qui menace selon eux « l’intégrité de ce quartier historique ».

Légende photo

Vision des alentours de l'Institute of Contemporary Art de Miami dans le Design District © Photo Aranguren & Gallegos arquitectos - 2015 © Aranguren & Gallegos

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque