Dimanche 25 février 2018

L’installation Entropa était une supercherie

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 15 janvier 2009

PRAGUE (REPUBLIQUE TCHEQUE) [15.01.09] – L’artiste tchèque David Cerny a révélé mardi 13 janvier la mystification : Entropa n’est pas l’œuvre de 27 artistes mais la sienne.

David Cerny %26copy; D.R.

L’installation Entropa qui inaugure la présidence européenne de la République tchèque était officiellement présentée comme l’œuvre de 27 artistes de l’UE, chacun ayant représenté son pays à travers un stéréotype. David Cerny a en réalité trompé tout le monde en créant 26 artistes, leur attribuant de faux noms, de fausses biographies et de fausses déclarations.

« L’hyperbole grotesque et la mystification font partie des attributs de la culture tchèque et la création de fausses identités représente l’une des stratégies de l’art contemporain » a expliqué l’artiste.
Le vice-premier ministre Alexandr Vondra est « sous le choc » et a déclaré être « désagréablement surpris » par cette nouvelle. « Nous allons considérer quelles mesures doivent être prises » a-t-il ajouté.

L’œuvre doublement provocatrice qui montre l’Allemagne bardée d’un réseau d’autoroutes en croix gammée, la France « en grève » et la Bulgarie recouverte de toilettes à la turque, a provoqué la colère des autorités bulgares, raconte l’AFP. Le Ministre des Affaires étrangères bulgare a convoqué l’ambassadeur tchèque pour « obtenir des explications sur le projet Entropa », soulignant que la représentation de la Bulgarie est « une expression du mauvais goût ».

David Cerny avait déjà suscité des protestations à Moscou lors de la présentation à Prague d’un char soviétique peint en rose, pour commémorer la libération de Prague en 1945.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque