Les musées ouvrent leur 24e conférence triennale à Milan

Par David Robert (Correspondant à Rio de Janeiro) · lejournaldesarts.fr

Le 4 juillet 2016

MILAN (ITALIE) [04.07.16] - Hier s’est ouvert à Milan la 24e Conférence Générale du Conseil international des musées (ICOM), qui court jusqu’au 9 juillet. Une femme est assurée de succéder à Hans-Martin Hinz à la présidence.

Trois ans après Rio de Janeiro et avant Kyoto en 2019, la communauté muséale mondiale se donne rendez-vous en Italie pour penser « les musées et paysages culturels », thème retenu en 2016 par le comité italien. Plus de 3 000 de ses 36 000 membres, issus de 120 pays, vont animer séances plénières et ateliers thématiques, tout en se penchant sur la gouvernance de l’institution : un nouveau projet de statuts sera soumis à l’assemblée générale extraordinaire du 9 juillet, et un nouveau règlement intérieur devrait être adopté par le conseil exécutif.

Avant cela, aujourd’hui et demain seront notamment dédiés à l’élection du successeur de l’allemand Hans-Martin Hinz à la présidence de l’Icom. Deux candidates sont en lice, et si leurs programmes ne diffèrent pas fondamentalement à première vue, elles incarnent deux types de gouvernance. Suay Aksoy est turque, diplômée en sciences politiques, en économie et en « museum studies ». Elle a occupé de nombreux postes au sein des institutions muséales turques et est actuellement présidente du comité consultatif, un des hauts postes de l’Icom. Elle œuvre depuis des années pour accroître les missions de formation, d’animation et de coopération de l’Icom (capacity building).

Kérya Chau Sun est cambodgienne, docteur en géographie, également diplômée en médiation, ingénierie culturelle et tourisme. Au sein de l’Icom comme dans son parcours hors de l’institution, elle a occupé un grand nombre de postes liés à la préservation et à la promotion du site d’Angkor. Son programme comporte l’élargissement de l’organisation vers davantage de pays, notamment dans des régions moins bien représentées, ainsi qu’une multiplication des listes rouges et plus généralement de l’aide aux pays dont le patrimoine est en danger.

La conférence triennale est aussi l’occasion d’écouter de grands intellectuels parler du musée au XXIe siècle. Cette année, l’artiste Christo, l’architecte Michele De Lucchi, la biologiste et femme politique zambienne Nkandu Luo ou encore l’écrivain Orhan Pamuk se succèderont à la tribune. La conférence est enfin l’occasion d’échanger les bonnes pratiques. Le code de déontologie, outil phare de l’Icom souvent brandi par les musées membres comme un des standards mondiaux les plus utiles et les mieux adoptés, fera partie des textes débattus et affinés parmi les nombreux comités techniques.

Légende photo

Dr Hans-Martin Hinz, président du Conseil international des musées (ICOM) depuis 2013, il termine son mandat cette année par la 24 ème conférence © Photo Biswarup Ganguly - 2014 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque